Drive (2011)

 [Chronique de décembre 2011]

DriveAu début je ne voulais pas voir Drive parce que la bande-annonce pouvait laisser penser que c’était un film du genre de Fast & Furious, ce qui n’est pas du tout mon genre de film. Mais on m’avait dit qu’il était génial, ainsi que la bande-son, je suis allée l’écouter et elle m’a fait un petit quelque chose, alors je me suis demandé ce que pouvait bien donner le film, qui avait l’air d’être très particulier. C’est comme ça qu’un soir, je me suis lancée et je suis allée voir Drive (on dirait que je raconte un épisode tragique de ma vie, mais non).

Je n’avais jamais vu jouer Ryan Gosling, je ne connaissais pas non plus le réalisateur, j’y allai donc les mains dans les poches, avec tout de même un léger a priori négatif. Je ne dirais pas que j’ai adoré parce que c’est faux, mais j’ai trouvé que c’était un très bon film. Le « driver », on ignore son nom. Il roule, parce qu’il aime ça. Il parle très peu, on ne sait pas ce qu’il pense, ce qu’il veut. Il aide des malfrats à s’enfuir, il est payé pour ça, mais l’argent ne le motive pas. C’est juste l’adrénaline de rouler. Pareil le jour, quand il est cascadeur automobile. Il accepte de tenter de faire son entrée sur les circuits pro, mais là encore pour le plaisir, sauf que deux types de la mafia ont misé sur lui, sur les conseils de son mentor. En même temps, il se lie avec ses voisins, Irene et son fils, qui attendent le retour du mari et père, qui est en prison.

Le film est très intense, avec des gros plans, des passages qui semblent s’éterniser mais qui font toute la force de Drive, car on a tout le loisir d’examiner les traits des personnages (et de remarquer leur jeu impeccable), de se demander ce à quoi ils songent, pourquoi, ce qu’il va en découler. Impossible à mon sens de prévoir ce qui va arriver car le film ne suit aucun des schémas classiques auxquels nous sommes habitués. C’est violent, mais pas à l’excès (avertissement, interdit aux moins de de 12 ans). La violence sert le fond de l’histoire, elle a un but. J’ai bien quelques critiques négatives à formuler tout de même : certaines incohérences. Je pense qu’à force de se balader avec une veste pleine de sang, même séché, ça se remarque, or notre driver se balade comme si de rien n’était, sans se faire repérer. Bon. On oublie ce genre de petits détails quand la musique se met en route et vous transporte, quand la fin vous laisse pantois (pour ma part en tout cas !). Je ne sais pas si c’est un film que j’aurai envie de revoir, mais je ne suis pas déçue de m’être déplacée pour le découvrir. Je pense qu’il mérite ses bonnes critiques. Et je dis tout ça alors que je ne regarde quasiment pas de films d’action, et que j’ai les bagnoles plus ou moins en horreur. J’ai hâte de voir d’autres films avec cet acteur, je suis vraiment très déçue d’avoir raté Les Marches du pouvoir. Faudrait que je vois Crazy Stupid Love aussi, même si je ne suis pas très emballée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s