Sur la Piste du Marsupilami (2012)

 Sur la piste du marsupilamiJ’ai toujours aimé le marsu, je regardais le dessin animé et je lisais les quelques BD de Franquin que mon frère avait quand on était petits. Je vais le dire d’emblée : c’est très sympathique, j’ai beaucoup aimé et je le reverrai avec plaisir, mais je m’attendais à mieux, même si certains passages sont très drôles. Je m’attendais à des vrais gros fous rires, et je n’en ai eu qu’un petit. Mais si vous avez l’occasion, allez le voir hein ! Je vous donne le résumé d’Allociné pour commencer : « Quand Dan Geraldo, reporter en quête de scoop, arrive en Palombie, il ne se doute pas qu’il va faire la plus incroyable des découvertes… Avec Pablito, guide local plein de ressources, ils vont aller de surprise en surprise au cours d’une aventure trépidante et surtout révéler une nouvelle extraordinaire : Le Marsupilami, animal mythique et facétieux, existe vraiment !!! »

J’ai retrouvé un Jamel Debbouze comme je l’apprécie, un Alain Chabat toujours en forme (pas comme certains acteurs qui vieillissent très mal), un Patrick Timsit bien excité comme toujours, j’ai découvert un Lambert Wilson inconnu (faut dire que je connais mal cet acteur, je crois ne l’avoir vu que dans La Princesse de Montpensier où il était le seul élément du film digne d’intérêt et dans La Boum 2, quand il était très, très jeune !) et Fred Testot, que je n’avais vu que dans La Guerre des boutons. En revanche, j’ai eu le très grand déplaisir de revoir Géraldine Nakache, qui est une actrice que je trouve non seulement mauvaise mais en plus vraiment pas jolie. Son rôle est complètement inutile, mis à part une très courte scène remplie de noms de fleurs un peu spéciales.

J’ai apprécié que le méchant ne soit pas celui auquel on penserait de prime abord, j’ai aimé le côté très décalé du film, les clins d’œils, la prophétie farfelue, bref, plein de choses. J’ai juste trouvé que c’était un peu long à démarrer. Les images de la forêt sont très belles, le tournage a été soigné, tous comme les effets spéciaux et visuels. Le Marsupilami est décidément trop mignon (c’est le mâle le plus beau je trouve) et apporte beaucoup d’humour au film, même s’il n’est pas le seul bien sûr. Deux passages dont on se souviendra longtemps, l’un avec un chihuahua, l’autre avec une robe, mais je ne vous en dis pas plus, je ne vais pas vous spoiler quand même !

Marsupilami

J’étais contente qu’il n’y ait pas d’histoire d’amour, ça n’aurait pas eu sa place. Rien à dire sur la musique, elle ne m’a pas marquée mais elle ne détonnait pas, donc tout va bien. J’ai beaucoup apprécié le générique de fin, je vous conseille de rester jusqu’au bout et de lire tout ce qui passe à l’écran ! Alain Chabat a vraiment bien géré son idée, et ça ça fait plaisir ! En tout cas, le Marsu, « c’est un animal qu’on croyait qui n’existait pas, mais qui n’existe ! »

Publicités

2 réflexions sur “Sur la Piste du Marsupilami (2012)

  1. J’adorais le marsupilami étant enfant et j’ai passé un bon moment avec le film. Après c’est pas un grand film, mais il reste divertissant

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s