♥ Finishing School, book 2: Curtsies and Conspiracies – Gail Carriger

[Chronique de février 2015]

J’ai une mémoire qui peut être très performante ou particulièrement déficiente. Ainsi, en commençant Curtsies and Conspiracies, j’avais très bien en tête les personnages et l’univers développés dans le premier tome deFinishing School, Etiquette and Espionage, mais je ne me souvenais plus de l’intrigue, ou alors très vaguement… Je me suis donc lancée dans ce second tome sans réfléchir, avec seulement l’envie d’être divertie, et j’ai été servie au-delà de mes espérances.

https://i1.wp.com/sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/CC.jpgOn retrouve Sophronia et les autres élèves de l’école de Mademoiselle Geraldine alors que les recrues les plus récentes, dont Sophronia fait partie puisqu’elle est élève depuis seulement six mois, passent leur première évaluation. Les résultats vont être plein de surprises pour Sophronia, ce qui ne va certainement pas l’empêcher de continuer à laisser traîner ses oreilles partout, et ainsi entendre parler d’un voyage à Londres et d’une nouvelle conspiration qui pourrait bien avoir des incidences non seulement sur la communauté humaine mais aussi sur la communauté des surnaturels…

Quel délicieux moment j’ai passé avec Sophronia ! J’apprécie de plus en plus ce personnage. Elle est presque trop maligne, mais Gail Carriger réussit avec brio à nous la rendre tout à fait attachante en la mettant face à face avec ses faiblesses. Elle vit deux moments/périodes difficiles dans le roman où elle m’a vraiment touchée, sans cesser de me faire rire ou sourire (SPOIL : lorsqu’elle est ostracisée par les autres élèves suite à ses excellents résultats sur ordre des professeurs et lorsqu’elle prend la mesure des actes qu’elle doit commettre en tant qu’espionne et la culpabilité qui s’ensuit).

La narration est très intelligente et permet parfaitement à un lecteur amateur non bilingue tel que moi de comprendre : des indices sont disséminés tout au long de la lecture, certains passages fonctionnent par des jeux de sarcasmes ou de sous-entendus, mais il y a toujours un moment qui explicite ce qui n’était pas clair. À la fin du roman, on sait qui a fait quoi et pourquoi (sur ce deuxième point, on a en tout cas les hypothèses en présence !). Cela fait de Finishing School une très bonne saga pour les jeunes, pas du tout idiote, et qui les mènera efficacement vers des lectures de plus en plus riches (à commencer par The Parasol Protectorate ♥).

Et puis ce style, alalala j’adore ! J’ai lu une partie du roman pendant mes pauses déjeuner, et j’avais bien du mal à ne pas glousser devant tout le monde tant la plume de Gail Carriger est amusante. Je m’y perds parfois un peu entre tous les objets inventés par l’auteure et les nombreux vêtements qu’utilisent les jeunes filles, mais c’était déjà le cas en lisant la traduction, alors… Je prends en tout cas toujours autant de plaisir à lire cette vivacité propre à Gail Carriger.

Vivacité qui se retrouve en particulier dans ses personnages, toujours plus nombreux et délicieux. J’ai eu l’immense bonheur de retrouver l’un de mes chouchous de la première saga qui m’a fait dévorer la fin du bouquin et désespérer de ne pas pouvoir lire la suite immédiatement. Si ce que je pense va effectivement arriver… Ah, ça va être génial ! La suite promet d’être excellente ! J’ai trouvé Vieve particulièrement intéressante, car dans certains de ses actes (et dans une certaine prédiction), on entrevoit déjà l’adulte en devenir et qu’on retrouve dans The Parasol Protectorate. Les développements sur ce personnage éclairent utilement certains points de cette saga. J’aime beaucoup Dimity, elle a des airs de ressemblance avec cette folle d’Ivy et joue d’ailleurs un rôle assez similaire pour Sophronia à celui d’Ivy pour Alexia, sauf que Dimity est dès le début « dans le secret » de Sophronia puisqu’elles suivent la même formation, alors qu’Ivy ignore la véritable nature d’Alexia au début de la saga. J’aime aussi beaucoup Soap (s’il y a un camp à choisir entre lui et Felix, je choisis lui !), très prometteur. Voir Sidheag jeune est toujours une sacrée distraction !

Je pense que cette chronique est assez claire : j’ai adoré ce deuxième tome ! C’était exactement la lecture dont j’avais besoin. J’ai vraiment hâte de lire la suite Waistcoats and Weaponry. Vivement ma prochaine commande sur The Book Depository… Et aussi la sortie du dernier tome, apparemment prévue pour la fin de l’année ! Je suis également très impatiente de commencer The Custard Protocol, dont le premier tome est à paraître en mars et qui se passe après The Parasol Protectorate

https://i2.wp.com/sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/ChallengeXIXeme2.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s