Punk’s Not Dead – Anthelme Hauchecorne

[Chronique de novembre 2013]

Après avoir terminé Baroque’n’roll, je me suis aussitôt lancée dans Punk’s not dead, second cercueil de nouvelles d’Anthelme Hauchecorne. Mon attente principale était la suivante : sentir une amélioration dans les nouvelles. Un certain nombre de textes de Baroque’ ne m’avaient pas conquise, j’attendais donc d’être encore davantage emballée par ce deuxième recueil. Pari réussi !

Je retiens que j’ai trouvé la plume de l’auteur plus affirmée, plus à l’aise aussi. Les thèmes sont divers et variés, ainsi que les genres, et pas une nouvelle ne ressemble à une autre. J’ai eu le coup de cœur pour deux nouvelles, plusieurs autres m’ont beaucoup plu, seules deux m’ont moins séduite. Je ne dirais rien de particulier des illustrations parce que je n’ai rien d’une artiste, tout ce que je peux dire c’est que c’est sympa de tourner une page et d’en avoir une jolie à détailler avant de se plonger dans la nouvelle correspondante. Vraiment un excellent livre, plein de pépites, je recommande ! Comme d’habitude, voici mon avis nouvelle par nouvelle.

Punk's not deadDécembre aux cendres : Gé-nial ! Premier texte, coup de foudre ! Je veux la suite, c’est obligé qu’il y en ait une un jour. Le personnage principal, Éva, a tout d’une héroïne, elle mérite un livre à elle toute seule. On assiste ici aux ravages de la technologie entremêlés à la magie dans une nouvelle Budapest, avec un dosage idéal, un univers qui m’a fait frissonner, une intrigue qui m’a captivée… C’était parfait, juste il en faut plus !

Sarabande mécanique : Une nouvelle steampunk où les prouesses de la nanotechnologie mènent à l’horreur. Bien écrite, bien construite et pleine de références, j’ai adoré !

No future : Nouvelle déjà lue dans le recueil 2012, fin de monde. L’Apocalypse revisitée, où il n’y a pas de futur possible pour l’humanité, parce que… ah bah non, je ne vous dirai pas !

C.F.D.T. : À traquer les monstres, on peut faire de surprenantes découvertes, comme le constatent les deux personnages que l’on suit, qui sont aussi différents qu’on peut l’être (ou pas ?), mais dont les chemins se croisent finalement dans une sorte de révélation. Vous-me^me croiserez plein de surprenantes petites et moins petites bêtes.

Sale petite peste ! : Je connais mal Les Annales du Disque-Monde pour n’avoir lu que Sœurs sorcières, mais cette nouvelle m’a beaucoup plu ! On y retrouve, bien évidemment, un mélange de Terry Pratchett (cette nouvelle a été écrite en hommage à « Sir Terence », ce n’est pas pour rien) et du style propre à Anthelme Hauchecorne.

Les Gentlemen à manivelle : La plume de l’auteure est au sommet de son art et la réflexion est excessivement intéressante, j’ai adoré adoré adoré ! (un roman dans cet univers ne me déplairait pas du tout, je dis ça, je dis rien) Le steampunk qu’il est bon et l’humanité qu’elle est…

La Guerre des Gaules : Un « documentaire » expliquant grosso modo ce qui se passerait en France si un parti d’extrême droite (suivez mon regard…) accédait au pouvoir, avec une pointe d’imaginaire pour clore cette guerre et un récit polysémique. Le format est original, le propos intéressant, mais pas ma nouvelle préférée. Néanmoins, César n’a qu’à aller se rhabiller !

Voodoo Doll : L’une des deux que j’ai le moins aimée. Très courte, elle ne m’a pas paru suffisamment approfondie, et n’a pas réussi à m’entraîner dans cette mini-intrigue pseudo-policière.

De profundis : L’écriture, l’ambiance et le mythe sont au top (yeux qui brillent et tutti quanti pendant la lecture), mais j’ai moins aimé la fin.

La Ballade d’Abrahel : Une histoire très intéressante, d’autant plus grâce aux backstages. Une petite visite en Enfer, et l’histoire de ses habitants, ça vous tente ? Juste la fin ne me convient pas, elle me laisse trop sur ma faim ! P.S. : En effet, je préfère cette version remaniée à l’originale…

Le butô atomique : Là encore les éléments de mythologie sont passionnants. C’est un ravage pour une revanche, une malédiction teintée de magie et de nipponisme avec fond d’actualité.

La grâce du funambule : Je crois que c’est le premier texte d’Anthelme Hauchecorne que je lis où il n’y a pas un élément fantastique. De ce fait, je le cherchais, avant de me résoudre à l’évidence. La métaphore filée est très belle, mais je n’ai accroché ni au sujet, ni au personnage principal et narrateur, ce qui en fait la deuxième nouvelle qui ne m’a pas emballée.

Le Roi d’Automne : Ah, retrouvailles avec Le Sidh ! Ou comment assister à l’Éveil d’Ambre, aux « réjouissances » dans l’En-Deçà, croiser des Daed’s, et trépigner en attendant le tome 2 de la série. Graaaaaaaaaah !

Je reste volontairement concise dans mes avis, histoire de ne pas vous gâcher votre plaisir quand vous lirez ce recueil, et aussi pour éviter de dire des bêtises car ma lecture s’es faite sur plusieurs semaines, et déjà mes souvenirs deviennent flous (je sais, à mon âge c’est grave, mais j’y peux rien, je suis crevée en ce moment). En tout cas, si vous ne connaissez pas encore Anthelme Hauchecorne et que Âmes de verre vous paraît un peu costaud pour commencer, n’hésitez pas à vous lancer dans Punk’s not dead, c’est une excellente entrée en matière !

Publicités

Une réflexion sur “Punk’s Not Dead – Anthelme Hauchecorne

  1. Bonsoir 🙂

    J’avais acheté Âmes de verre et Punk’s not dead il y a peu de temps et j’ai commencé par ce dernier, car je me souvenais de ton conseil.
    Au final, j’en suis ravie et je suis maintenant pressé de lire Âmes de verre (même si je sens que le tome 2 n »est pas près de sortir et que je vais être toute frustrée, comme toi).

    Mon ressenti sur ce recueil est à peu près similaire au tien : la nouvelle « La grâce du funambule » est la seule où le style de M. Hauchecorne ne m’a pas convaincue (même si ce n’est pas mauvais, évidemment), mais aucune nouvelle ne m’a déplu.
    Et j’ai bien aimé que le recueil se finisse par « Le roi d’automne » dont la fin…
    /!\ SPOILER /!\
    … m’a déçue (ça finit mal, pauvre Kassem…) mais enchantée, au final (il n’a pas cédé à la facilité et n’a pas fait un « happy end » convenu).
    /!\ FIN DU SPOILER /!\
    Et surtout, il y avait des tas de mots de patois lorrain, dont certains que je connais et emploie, du coup ça m’amusais de me retrouver là-dedans ^^.

    Bref : je partage ton avis et rejoins la cohorte des admirateurs de Sieur Hauchecorne ! ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s