Wyrd Sisters – Terry Pratchett

[Chronique d’août 2012]

J’entendais parler de Pratchett depuis un bon moment, et j’étais motivée pour découvrir Les Annales du Disque-Monde, mais il me fallait une occasion. Grâce au club de lecture Alille, ce fut chose faite. Comme Natiora et Dawn, je suis plutôt maniaque et donc j’aurais aimé lire avant les cinq premiers tomes, mais Mélanie qui a présenté le livre nous avait assuré qu’il pouvait se lire indépendamment. Comme j’aime vraiment beaucoup aller au club et que si je n’y vais pas ma sociabilité se retrouve facilement dans des zones négatives, je me suis bougé le popotin (j’allais écrire le mot qui commence par c mais il faut que j’arrête d’être vulgaire), j’ai lu le bouquin puis j’ai rapporté et le bouquin et le popotin au club hier. D’ailleurs, comme les autres ont bien mieux parlé sur le livre que je ne l’ai fait, je vais odieusement énumérer ici les remarques qui résument mon avis sur cette lecture. En particulier, allez voir l’avis de Dawn (ici !), très bien fait, comme toujours je dois dire !

Trois soeurcièresNous sommes au royaume de Lancre, et le roi Vérence vient de mourir, assassiné par le duc Kasqueth, poussé par sa femme. Nous suivrons surtout les trois sorcières, Mémé Ciredutemps, Nounou Ogg et Magrat, qui vont bien malgré elles se retrouver embarquées dans cette histoire de monarques. La scène d’ouverture se déroule d’ailleurs avec elles, et il faut bien dire que le début donne le ton ! Parodie (de Macbeth en l’occurrence), dérision, humour, personnages haut en couleur : tout ce qu’on aura dans le roman. D’élucubrations sur le Disque-Monde, très peu voire pas du tout. On est ici dans le monde des sorcières, et par conséquent le fonctionnement du Disque-Monde ne nous intéresse pas, donc effectivement le livre se lit sans problème même si on n’a pas lu les précédents. Mais attention, il risque de vous donner envie de lire toute la saga, ce qui fait beaucoup…

Terry Pratchett joue beaucoup avec des références qui sont bien connues des Britanniques (ou Grands-Bretons, ou Grands-Britains, comme vous voulez). Je pense en avoir saisies pas mal, mais il y a aussi des moments où tu sens que l’auteur veut te faire comprendre quelque chose, mais là tu n’es pas assez cultivé.e pour comprendre, et t’as un peu les boules, mais bon. Ses célèbres jeux de mot sont en effet très agréables, et vraiment, chapeau au traducteur, Patrick Couton, qui rend au mieux des jeux de mots qui peuvent paraître intraduisibles ! Exemple avec le titre : Wyrd Sisters. Wyrd signifie destinée (en gros), c’est une notion anglo-saxonne liée au mystique, tout ça. Mais c’est aussi un homonyme de weird, qui veut dire bizarre.  En tout cas c’est une lecture détente, très drôle, qui se lit facilement et sans prise de tête. En plus, je n’attendais pas la fin, où l’auteur joue habilement avec les clichés de la fantasy, art où il excelle. Je ne vais pas m’étendre beaucoup plus.

J’ai vraiment bien aimé, mais ce roman ne restera pas gravé dans ma mémoire, il me laissera seulement une impression agréable, et une envie de découvrir les autres tomes de cette immense saga.

Publicités

Une réflexion sur “Wyrd Sisters – Terry Pratchett

  1. Une immense saga comme tu dis, dont je n’ai même pas encore découvert un seul tome ! Lacune que je vais devoir vite réparer car cet auteur est incontournable d’après tous les échos qui me parviennent… +1 avec le tien, merci 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s