Charly 9 – Jean Teulé

[Chronique de septembre 2012]

Charly 9
J’aime beaucoup la couverture, elle correspond parfaitement au livre

Après avoir aimé Le Montespan, il fallait que je lise de Jean Teulé Charly 9, que mes parents m’avaient prêté il y a au moins six mois. J’avais peur de ne pas trouver ça super, car j’avais eu beaucoup d’échos négatifs, mais encore une fois j’ai adhéré à Teulé ! Vous allez me dire que c’est étonnant, moi qui suis tellement pointilleuse sur l’histoire. Mais voilà, Teulé ne prétend pas nous raconter l’histoire, mais plutôt je pense sa propre version d’un événement, d’un être, et ici du roi de France Charles IX, dont on a retenu seulement qu’il était sur le trône lors de la Saint-Barthélemy. En effet, le roman commence lors du fameux conseil où le massacre des protestants a été décidé. L’auteur a choisi, comme bon nombre d’historiens d’ailleurs, d’en donner la responsabilité aux membres du conseil (beaucoup étaient des catholiques forcenés) et surtout à la reine mère, Catherine de Médicis. Je ne pense pas qu’elle était aussi mauvaise que décrite ici, mais je suis bien d’accord sur un point : préférer le duc d’Anjou, son troisième fils et futur Henri III, à tous ses autres enfants n’a pu avoir qu’un effet néfaste sur la santé mentale de Charles IX, déjà fragile au départ.

CharlesIX
Charles IX. J’aime bien ce tableau qui montre bien une tenue masculine de l’époque, avec le petit chapeau de velours surmonté d’une plume

On suit sa chute dans la folie tout en croisant de nombreux personnages : Elisabeth d’Autriche, son épouse, Marie Touchet, sa maîtresse, son chirurgien protestant Ambroise Paré, son cousin « le Béarnais » (roi de Navarre et futur Henri IV) qui l’aurait surnommé « Charly 9 », quelques poètes tel Ronsard ou encore Marguerite de Valois, sa sœur épousée de Henri de Bourbon. Le marquis de Montespan avait attiré ma sympathie, je l’avais trouvé très attachant. Charles IX, je n’ai éprouvé pour lui que de la pitié. Jean Teulé glisse entre ses pages des anecdotes sur son règne, en leur prêtant à chaque fois des conséquences catastrophiques : ce roi est maudit pour avoir « cautionné » la Saint-Barthélemy. Par exemple, on lui doit l’unification de la date du nouvel an. Avant, elle variait selon les régions du royaume de France, mais depuis Charles IX, c’est le 1er janvier. Le poisson du 1er avril daterait de cette époque également : on accrochait un poisson pourri dans le dos de ses compagnons pour leur faire une mauvaise blague.

ElisabethofAustriaFrance1
Elisabeth d’Autriche, sa femme. Elle n’a laissé aucune trace dans l’histoire… Après la mort de son époux, elle est retournée dans son pays où elle est entrée au couvent. Elle y est morte à même pas 40 ans

Henri III est également très noirci, et je ne le vois pas comme ça, mais son implication dans la maladie qui tua son frère est très bien justifiée dans le roman, surtout quand on sait que le XVIème siècle était non seulement celui des guerres de religions mais aussi celui de l’astrologie, de la magie, du vaudou. Les chapitres sont toujours aussi courts, le livre s’avale (deux journées pour moi) et l’écriture de Teulé toujours aussi claire. La vulgarité se justifie très bien (Henri IV, le « Vert Galant », était réputé pour jurer comme un charretier et être d’un propreté plus que douteuse !) et les passages dérangeants sont ceux où Charles IX pète un câble, mais on le plaint plus qu’autre chose. Bref, j’apprécie vraiment les romans cet auteur, et j’attends l’occasion de pouvoir en lire d’autres, comme Je, François Villon ou Rainbow pour Rimbaud ou encore Mangez-le si vous voulez (mais celui-là j’ai peur qu’il me perturbe quand même).

HenriIIIVersailles
Henri III, le dernier roi Valois, qui succéda à son frère. Son règne est connu pour ses tergiversations entre catholiques et protestants, la lutte des Guise contre les huguenots. Finalement il désigna comme successeur son cousin Bourbon, ancien protestant. Lui-même est connu pour ses nombreux « mignons »
PierredeRonsard1620
Pierre de Ronsard, poète de la Pléiade. Le roman est parsemé de ses sonnets, c’est agréable !
Publicités

Une réflexion sur “Charly 9 – Jean Teulé

  1. J’ai eu un peu de mal avec ce livre malheureusement… J’avais adoré Le Magasin des Suicides de Teulé, et celui-ci ne m’a pas du tout fait le même effet… Pourtant, même si je l’ai lu il y a presque 1 an, j’en garde encore un souvenir précis ! Comme quoi les lectures que l’on apprécie sur le coup ne sont pas forcément celles qui nous marquent !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s