The Girl on the train – Paula Hawkins

J’essaie toujours de suivre le Book Club MadZ, et en mai le roman choisi me tentait bien : La Fille du train de Paula Hawkins. Je ne lis pas beaucoup de policiers et thrillers, donc une fois de temps en temps c’est sympa !

La Fille du trainRachel est dans la trentaine. Sa vie ne cesse de sombrer depuis plusieurs années : séparation d’avec Tom, alcoolisme, perte de son emploi… Tous les jours, elle prend un train de banlieue pour rejoindre Londres. Le train s’arrête souvent à un feu depuis lequel elle peut voir une maison, sa terrasse, son balcon, et ses occupants, un jeune couple à l’air parfait. Un jour, elle voit que la femme a un amant. Peu après, sa disparition est annoncée dans les journaux. Rachel est certaine que le fait qu’elle avait un amant n’y est pas pour rien.

Ce thriller psychologique part d’une idée simple : beaucoup de gens qui s’ennuient et qui ont un peu d’imagination inventent des histoires pour passer le temps, en particulier dans les transports en commun. À voir souvent le même couple, Rachel leur a créé une vie : elle a inventé leurs noms, leurs métiers, leur histoire en somme. À force d’apercevoir des bribes de leur intimité, elle a même l’impression de les « connaître ».

Et pour oublier ses propres soucis, elle va s’investir bien davantage qu’elle ne le devrait dans cette histoire, quitte à se mettre en danger. Comment croire les propos d’une alcoolique, une femme si misérable que son mari l’a laissée tomber pour une autre ? La police va facilement douter de son témoignage, ébranlant encore plus sa faible confiance en elle. Et puis il est vrai que son addiction la laisse parfois avec des trous de mémoire terribles, et dans ce cas, comment savoir ce qu’elle a fait, ce qu’elle a dit ? Mais Rachel se sent trop impliquée, et se met en danger.

Elle est la narratrice principale mais partage les chapitres avec deux autres femmes, Megan et Anna. Elles racontent dans une temporalité différente qui donne un récit croisé qui m’a bien plu. Au fur et à mesure que le temps avance, dans le présent ou dans le passé, le lien entre les trois femmes se resserre, le dénouement approche. Même si le roman ne propose pas grand-chose de nouveau et souffre de quelques défauts tels que des ficelles jugées faciles par les adeptes du genre, je dois dire qu’il est efficace. On se prend vite au jeu, l’immersion dans la peau des personnages a pour moi été réussie. En même temps, j’ai pris cette lecture comme une détente, je me suis laissée prendre au jeu et bien que j’aie cherché le coupable, je n’ai pas coupé les cheveux en quatre pour découvrir le fin mot de l’histoire, j’ai juste profité tranquillement.

On est dans un thriller psychologique, qui se veut une plongée réaliste dans le quotidien banal de personnages tout aussi anodins, jusqu’au basculement dans l’horreur bénigne parce que presque commune dans notre société (et c’est ça qui peut foutre les jetons) : une femme disparue, peut-être morte, violée, séquestrée par son mari ou son amant, peut-être enfuie sans laisser de trace, laissant son époux désemparé… J’ai trouvé le personnage de Rachel bien travaillé ; les autres un peu moins, mais c’est vraiment elle qu’on voit le plus. J’ai été très compatissante pour elle, même si on aimerait qu’elle se secoue un peu, de lui dire de lâcher l’affaire, de reprendre en main sa vie. Mais c’est bien le principe quand on glisse dans la dépression : même se rendre compte qu’on ne va pas bien ne suffit pas forcément à nous donner l’énergie dont on aurait besoin pour s’en sortir. Son alcoolisme aussi m’a paru bien dépeint. Apprendre petit à petit tout ce qui l’a conduit à être l’épave qu’elle est actuellement me l’a rendue proche et très humaine.

En conclusion, j’ai passé un bon moment avec ce thriller efficace, qui se lit vite et touche à de tristes réalités de notre société « moderne ». Par certains aspects, ce livre de Paula Hawkins m’a rappelé les deux romans que j’ai lu de Barbara Abel, Derrière la haine et sa suite. Un film est prévu pour cette année dont la bande-annonce est sortie, je pense le voir ! Et comme lors des discussions avec les autres Madmoizelles, Gone Girl (Les apparences en VF) de Gillian Flynn a été plus d’une fois encensé, je me laisserai peut-être bien tenter maintenant que le souvenir du film s’est un peu estompé dans mon esprit.

Publicités

3 réflexions sur “The Girl on the train – Paula Hawkins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s