Mary Anne – Daphne du Maurier

[Chronique de décembre 2014]

Avec Fanny, nous continuons notre approfondissement de l’univers de Daphné Du Maurier avec Mary Anne, un roman un peu particulier, puisqu’il s’agit d’un livre qu’on peut dire historique – il se base sur des faits réels – mais aussi à intrigues, et enfin un roman « familial », car Daphné Du Maurier descend de Mary Anne Clarke par une fille de cette dernière.

MaryAnne2Mary Anne, née Thompson, a commencé sa vie à la fin du XVIIIème siècle très bas dans l’échelle sociale. Sa mère, issue de l’illustre clan MacKenzie (oui oui, comme dans Outlander !), a fait un remariage désastreux avec Bob Farquhar et élève ses enfants dans une impasse crasseuse de Londres. Mary Anne grandit bercée des histoires d’avant, où les richesses foisonnent. Maligne et plutôt mignonne, elle va ruser, puis intriguer, comploter pour s’élever dans la hiérarchie sociale, mais à quel prix ? Obtiendra-t-elle ce qu’elle désire pour elle et ses enfants ?

Daphné Du Maurier est décidément l’un des écrivains les plus étonnants que je connaisse ! Chacun de ses livres est une surprise. Mary Anne ne ressemble à aucune autre de ses héroïnes. Forte, entêtée, très maligne, il est pour elle hors de question de se contenter de ce que sa mère et son époux ont à lui offrir, non plus que de se plier au monde d’hommes dans lequel elle évolue. J’ai admiré son courage et sa détermination, et j’ai compris sa volonté de donner le meilleur à ses enfants – même si je désapprouve sa préférence pour son fils… Elle a des comportements et des points de vue parfois très féministes, mais c’est une femme de son époque : il ne lui vient pas à l’esprit de changer la condition de ses semblables, et assurer l’avenir de son fils est primordial pour elle, au détriment de ses deux autres enfants.

Le problème majeur que j’ai rencontré dans ce livre est mon manque d’empathie envers les personnages. Or, je viens déjà de lire un roman où j’avais eu le même souci (La Dame du manoir de Wildfell Hall). J’ai généralement besoin de m’identifier et/ou de m’attacher aux personnages pour aimer un livre, et ici cela fait un peu défaut. Au début, j’aimais bien Mary Anne, mais rapidement je l’ai moins appréciée, même si j’ai continué à m’étonner de sa force de caractère et occasionnellement à l’admirer. Les personnages secondaires ne sont pas très sympathiques non plus. Son entourage familial est déplorable (son frère mérite des baffes à longueur de temps, sa mère est une chiffe molle…), ses amis sont des faux-jetons, à part Bill qui lui reste fidèle mais qui ressemble assez à un mollusque humain, et la pléthore des autres personnages sont généralement des intrigants de fort mauvais augure ou absolument ridicules.

MaryAnne1Par contre, j’ai trouvé le contexte politico-historique assez captivant. Alors oui, il faut connaître un peu l’époque pour s’y retrouver, sinon c’est galère. Je suis bien contente d’avoir lu il y a quelques mois The Royal Line of Succession de Hugo Vickers, qui m’a aidée à suivre sans problème. Les personnages étant très nombreux, il faut faire soi-même le tri entre ceux qui ne font que passer et ceux qui restent importants pour le roman ou dans l’Histoire.

J’ai en tout cas appris pas mal de choses, et je comprends maintenant pourquoi Jane Austen a fait le choix de ne parler que de la vie de la gentry ! Celle de la haute société est affreusement compliquée, teintée de scandales quasi-quotidiens, assez rébarbative, et déprimante… Ça n’a pas changé de nos jours, en même temps. En tout cas, ça ne correspond pas au caractère et aux aspirations de notre chère Jane ! Pour ma part, j’ai trouvé cela intéressant dans la mesure où ça éclaire ce que je sais de cette période et où c’est porté par l’écriture et le sens de la narration de Daphné Du Maurier. Je regrette seulement de ne pas savoir exactement où s’arrête l’Histoire et où commence la fiction !

Ce n’est pas vraiment joyeux, en particulier parce que dès le début on sait comment ça va finir. Le roman commence à la fin, puis le deuxième chapitre reprend les choses dans l’ordre. Les 600 pages m’ont paru longues en partie à cause de ça et du fait que les persos ne sont pas agréables. Néanmoins, à aucun moment je ne me suis ennuyée ni n’ai envisagé d’abandonner. J’ai juste pris davantage le temps de le lire, pour éviter de m’écœurer.

Ce n’est pas le roman que je conseillerais pour découvrir Daphné Du Maurier. En revanche, si vous l’appréciez déjà, ou si vous aimez les intrigues politiques et/ou la période georgienne, vous aimerez certainement Mary Anne !

L’article de Fanny !

Logo Daphne Du Maurier

ChallengeXIXeme2

Publicités

3 réflexions sur “Mary Anne – Daphne du Maurier

  1. Je ne connais absolument pas Daphné du Maurier…jusqu’ici, j’étais persuadée que son oeuvre était très sombre, je crois que lorsque je pense à cette auteure, je pense surtout à Rebecca, qui a l’air particulier…mais Mary Anne pourrait totalement me plaire ! Non seulement l’histoire se passe à une époque vraiment intéressante (c’est l’époque des romans d’Austen ^^ ) mais en plus le personnage féminin a l’air sympa.
    Bref, je le note, on ne sait jamais… 😉

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai hâte de lire celui-ci mais c’est sûrement un autre que je lirai cet été (car je ne l’ai pas encore dans ma bibliothèque). Je ne connais pas trop la période alors j’espère que ça ira d’ici à ce que je le lise !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s