Catherine de Bourbon, Une calviniste exemplaire – Pierre Tucoo-Chala

En novembre 2015, j’ai lu « J’ai tellement envie de vous » d’Henri IV, un petit recueil de la collection La lettre et la plume. L’une des personnes mentionnée dans le livre avait retenu tout particulièrement mon attention : Catherine de Bourbon, la sœur puînée du roi. Une personne de mon entourage a gentiment cherché des livres dédiées à cette femme peu connue et m’a offert cette biographie de Pierre Tucoo-Chala.

Catherine de BourbonCatherine de Bourbon est née infante de Navarre à Paris en 1559. Décédée à Nancy en 1604, elle a vécu pendant une période particulièrement de l’Histoire de France, dans un ambiance de guerre de religion toujours prête à se rallumer. Calviniste comme sa mère, elle a fait l’objet de pressions toute sa vie pour se convertir au catholicisme, en particulier à partir du moment où son frère a embrassé la religion romaine pour accéder au trône de France. Sa vie fut également rythmée de politique locale lors de sa régence en Béarn, de mondanités et de déceptions amoureuses, jusqu’à son décès prématuré à 45 ans dû à une péritonite tuberculeuse.

La lecture fut longue. Très longue. Un peu plus de 300 pages seulement, mais imprimées en tout petits caractères qui me fatiguaient vite les yeux, mais aussi un style qui ne m’a pas du tout accrochée, parfois assez pompeux, en tout cas pas forcément accessible et qui à mon avis aurait bien du mal à passionner des néophytes (ce que je suis quand même un peu). Ça c’est pour la forme.

Sur le fond, il y a des incohérences, dues j’imagine à des négligences lors des relectures et corrections, qui m’ont obligée à revenir en arrière dans le livre pour vérifier ce que disait l’auteur. Un exemple type : il annonce un événement à une certaine date, puis plus tard situe la préparation de cet événement à une date ultérieure… Cela ne facilite ni la compréhension, ni l’enthousiasme (pour ma part, cela suscite carrément la méfiance, j’ai tendance à ne plus faire confiance à l’auteur). J’ai aussi eu beaucoup de mal à me faire à la construction de l’ouvrage. Les chapitres suivent l’ordre chronologique mais les parties à l’intérieur de chaque chapitre fonctionnent davantage par thématiques et là aussi le manque de rigueur de Pierre Tucoo-Chala se fait sentir. En revenant en arrière à plusieurs reprises ou carrément en se répétant d’innombrables fois sur un même événement, il a réussi à complètement me lasser.

C’est bien dommage parce que tous ces défauts m’ont empêchée d’éprouver l’empathie que je suis généralement encline à ressentir envers le sujet d’une biographie, et aussi parce que c’était loin d’être inintéressant. Le livre est bien documenté, on apprend plein de choses sur l’ambiance en France à cette époque, sur les usages et les mœurs, sur le statut et le fonctionnement particuliers du Béarn et bien sûr à propos de Catherine de Bourbon, qui mériterait en effet d’être davantage étudiée et mise en avant. Privilégiée de par sa naissance, elle n’en a pas moins eu la vie difficile. Des écrivains et de mauvais historiens ont eu tendance à vouloir la présenter uniquement sous un jour romanesque à cause de ses fiançailles contrariées par son frère pour des raisons d’État, mais il y a beaucoup plus à dire d’elle, de son rôle dans la défense des protestants (et quelque part dans l’apaisement qu’Henri IV recherchait entre les deux camps), de sa mondanité qui l’inscrit dans les coquettes de son temps (elle fut très endettée toute sa vie à cause de sa propension à acheter des bijoux luxueux), de sa vertu à une époque où chacun faisait parader sa maîtresse et de son envie de maternité.

Un gros flop pour moi donc. La matière m’a beaucoup intéressée et le travail de documentation me semble excellent, mais le style peu agréable à lire, les incohérences, les répétitions inutiles et la mauvaise construction de l’ouvrage me laissent un souvenir nettement négatif.

Publicités

2 réflexions sur “Catherine de Bourbon, Une calviniste exemplaire – Pierre Tucoo-Chala

  1. Oh, dommage qu’il y’ait tant d’erreurs et d’incohérences car comme toi, j’aurais vite tendance en remettre en cause l’exhaustivité et la légitimité de l’auteur dans un cas pareil !
    Bref, je crois que je vais passer mon tour mais c’est vraiment dommage au fond, parce qu’on parle vraiment peu de Catherine de Bourbon…elle est éclipsée par la personnalité de son frère, très populaire, celle de leur mère aussi, et je suis sûre pourtant qu’il y’avait matière à faire quelque chose de bien avec une telle femme comme sujet d’études ! 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s