Interview with the Vampire : The Vampire Chronicles – Anne Rice

[Chronique d’octobre 2012]

Nous sommes les 31 octobre, c’est Halloween, il est l’heure de frissonner, de peur et/ou de plaisir ! Parce que oui, moi je suis une grosse trouillarde, donc j’évite d’avoir peur. Avec Cassie, ma partenaire dans cette LC autour d’Entretien avec un vampire d’Anne Rice, nous nous sommes quand même regardé l’adaptation en film, de Neil Jordan, et certains passages restent peu ragoûtants ! Mais parlons d’abord du livre, que j’ai découvert par cette LC.

Le livre :

Evidemment, j’en avais entendu parler depuis longtemps. Depuis que j’avais vu le film il y a bien six ans, en fait. Puis quand je suis arrivée sur la blogosphère, il m’a paru impossible que je passe à côté. J’ai longtemps cherché le livre chez les bouquinistes, notamment à la Bourse aux livres de Lille. J’étais presque prête à me résigner à l’acheter neuf, dans la nouvelle édition grand format (celle que Cassie a), et là, miracle ! Je suis tombée dessus non pas une, ni deux, mais trois fois à la Nuit des livres à Esquelbecq ! Donc quand Cassie a présenté le livre à une réunion du club de lecture et qu’il n’a pas été choisi, c’était l’occasion ou jamais de se lancer. J’appréhendais d’être déçue, car les critiques positives ne sont pas toujours au rendez-vous (pour un exemple, allez voir cette très bonne chronique de  Dreamin-InaCasket). Mais finalement, j’ai beaucoup apprécié cette lecture, et malgré qu’on m’ait dit que les tomes suivants des Chroniques des vampires n’étaient pas tous à la hauteur du premier, je les lirai tout de même (surtout que j’en ai déjà trois dans ma PAL).

Entretien

Le livre est découpé en quatre parties. Au début, je ne voyais pas vraiment l’intérêt de ce découpage en partie. En fait, il se contente de suivre les grands déplacements de Louis, le personnage principal. Pas de chapitres, juste un saut de ligne de temps à autres, ce qui rend la lecture un peu ardue au début : je ne voyais pas où m’arrêter. Au bout d’un moment, cet inconvénient disparaît (je n’avais de toute façon pas le choix vu que j’ai beaucoup lu dans les transports en commun). L’histoire commence dans une chambre d’hôtel un peu sordide. Un homme, journaliste à la recherche d’histoires intéressantes, est face à un vampire, qui se met à lui raconter son histoire. Le récit est donc une mise en abîme. En principe, c’est un narrateur extérieur à l’histoire qui parle, sauf que 95% du temps la parole est à Louis, qui parle, parle, parle et nous fait traverser les époques jusqu’à cet instant dans l’hôtel. Il raconte d’abord sa vie humaine en tant que propriétaire de La Pointe du lac, un domaine agricole près de la Nouvelle-Orléans, à la fin du XVIIIème siècle, puis sa rencontre avec Lestat, qui le transforma en vampire.

Le début du roman me plaisait en m’ennuyait à la fois. Il me plaisait car j’apprenais plein de petits détails inexistants dans le film, et il m’ennuyait car j’avais du mal à rentrer dedans. C’est écrit assez petit, les paragraphes sont gros, c’était le début de l’année scolaire et j’étais épuisée. Une fois entrée dans le rythme, j’étais avide de connaître tous les détails de la vie de Louis. J’ai aimé ce personnage (je sais que certaines personnes le trouvent trop larmoyant), qui n’est plus humain mais qui n’est pas comme les autres vampires. Il aime le beau, il aime l’amour, il se pose des questions et réfléchit. Il est paumé, du début à la fin, et ça m’a permis je crois de m’identifier un peu à lui. J’aime Claudia aussi, je la plains. Plus que Louis encore, elle n’a pas souhaité être un vampire, elle a même difficilement conscience d’en être un pendant un long moment. Je pensais détester Lestat, et c’est vrai qu’au début, lui et moi on était pas copains. Mais pas au point de le détester. Lui aussi, j’arrive un peu à le comprendre, et à le prendre en pitié, surtout à la fin. Ça ne me gênera donc pas de le retrouver dans les prochains tomes, que j’ai bien envie de découvrir, mais pas dans l’immédiat (j’ai les trois suivants). Par contre, un qui ne m’a pas plu du tout, c’est Armand. Je n’accroche absolument pas avec lui, et je sais qu’un tome des Chroniques lui est consacré. Peut-être que ce sera l’occasion de mieux le connaître et de l’apprécier.

J’ai beaucoup aimé l’écriture d’Anne Rice. Elle est précise, descriptive dans le but de distiller une ambiance, et c’est bien réussi. Je regrette plutôt de ne pas avoir plus de détails historiques, sur les évènements, sur les époques, sur les vêtements et les façons de vivre, et pourquoi pas croiser un ou deux personnages ayant existé ? Bon, ça aurait vraiment été du bonus. Les sentiments de Louis sont très développés, très fouillés. L’histoire, même si je la connaissais, a su me retenir jusqu’au bout, et j’ai été agréablement surprise de découvrir une fin différente de celle du film !

InterviewwithaVampireMoviePosteLe film :

Je l’ai vu la première fois lorsque j’étais encore au lycée je crois, et je l’ai revu un certain nombre de fois depuis puisque je l’ai en DVD (je ne sais même plus comment il est arrivé chez nous d’ailleurs). Mon dernier visionnage avec Cassie m’a permis de me concentrer sur des détails ayant trait au roman. En règle générale, tout va très vite dans le film, alors qu’au contraire le roman se déroule lentement, ce qui donne d’ailleurs l’impression que le temps s’étire pour les vampires. Dans le film, c’est le contraire. Il commence avec la transformation de Louis, tandis que le livre nous donne d’abord des détails sur sa vie humaine. Il y a toute une partie du roman inexploitée par le film, et si je comprends bien pourquoi, ça me chagrine un peu car cela participait d’une réflexion plutôt intéressante. Mais surtout, c’est la fin qui est différente. Dans le roman, j’en venais à plaindre Lestat (bon pas jusqu’à l’apprécier quand même), mais Tom Cruise me fiche franchement les jetons ! Au final, certains passages sont peut-être plus effrayants dans le ivre parce que plus détaillés, mais Lestat me fiche plus la trouille en chair et en os parce que je ne me représentais pas ses accès de gaîté et de colère aussi flippants !

Je suis vraiment très impressionnée par le jeu de Kirsten Dunst. Pour son âge, c’est vraiment très bon ! Je comprends que ça ait pu perturber l’actrice de jouer ce rôle… Brad Pitt et Tom Cruise sont très bons en Louis et Lestat, je n’ai aucun problème là-dessus (pourtant je suis loin d’être une grande fan de Tom Cruise). Par contre, maintenant que j’ai lu le roman, je n’aurai jamais choisi Antonio Banderas pour jouer Armand. Ça ne va pas du tout. Le personnage ne me semble pas être le même, et d’ailleurs sa relation avec Louis n’est pas du tout la même à mes yeux. La musique, les bruits de fond sont souvent oppressants (le passage dans le Théâtre… brrrrr !). Avec les costumes, maquillages et coiffures, on est bien dans l’ambiance ! Pour ceux qui cherchent des idées de films à regarder ce soir et qui ne sont pas anti-longues dents, je le conseille !

Publicités

4 réflexions sur “Interview with the Vampire : The Vampire Chronicles – Anne Rice

  1. Ton article est très réussi et complet ! Il parle du roman et de son adaptation cinématographique, et c’est vraiment une excellente idée de comparer les deux !
    Pour ma part, j’ai nettement préféré l’oeuvre d’origine, sans doute parce que j’aime énormément la plume d’Anne Rice, et son style inimitable ^_^
    Le film m’a laissée sur ma faim, et je suis entièrement d’accord avec toi pour l’erreur de casting ; Antonio Banderas n’était vraiment pas un bon choix !
    Merci pour ce chouette billet 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s