♥ Harry Potter and the Order of the Phoenix – J. K. Rowling

Il y a déjà un moment, j’ai relu en anglais le tome 5 de Harry Potter intitulé The Ordre of the Phoenix. C’est un tome spécial ; pour ma part, le premier que j’ai dû attendre pendant des années avant sa sortie. C’est aussi le plus gros de la saga, le premier post-retour de Voldemort… On peut donc en dire beaucoup de choses mais ma relecture remonte déjà à plusieurs semaines (entre-temps, mon fils est arrivé et je n’ai pas eu beaucoup de moments libres pour chroniquer !), et j’ai bien peur de donner un avis peu détaillé par rapport à d’habitude ! Spoilers inside.

harry-potter-t5Harry passe un été encore plus horrible que les années précédentes à Privet Drive. Voldemort est revenu et pourtant rien ne se passe – ni chez les Moldus, ni chez les Sorciers. Et quand enfin Harry retrouve le contact avec le monde de la magie, c’est pour apprendre que la communauté magique le prend pour un affabulateur. Il faut ajouter sa cicatrice de plus en plus douloureuse, la préparation des BUSES et le nouveau professeur de Défense contre les Forces du Mal, Dolores Ombrage, et on a tous les ingrédients pour une cinquième année compliquée à Poudlard.

You know, Minister, I disagree with Dumbledore on many counts…but you cannot deny he’s got style…

Dans ce tome, J. K. Rowling commence à instaurer le climat de peur et de suspicion qu’entraîne le retour de Voldemort – même si la majorité des sorciers ne veulent pas croire à son retour. L’amorce prise à la fin de The Goblet of Fire est confirmée par des événements de plus en plus graves, comme l’évasion d’Azkaban des pires partisans de Voldemort. Ombrage profite de la situation pour asseoir l’autorité mal pensée du Ministère et effrayer les élèves de Poudlard.  Ce personnage est l’un des plus réussis de la saga, et certainement le plus détestable, pire que Voldy. Censément du côté des « gentils », elle est en fait au moins aussi mauvaise que la plupart des Mangemorts. Le contraste entre d’un côté son apparence et les valeurs qu’elle met en avant (loyauté, obéissance, calme…) et de l’autre ses convictions et actions (sa peur des hybrides, son horrible plume punitive, son plaisir à tenter de virer le professeur Trelawney et Hagrid…) m’a toujours collé la frousse. Elle pousse à se révolter contre l’injustice.

insta-may-23À chaque fois que je relis ce tome, je sens des vagues d’indignation monter en moi et une solidarité sans faille envers toutes ses victimes ! Il n’est pas difficile dans ses conditions de se sentir proche du trio de héros qui va faire tout ce qui est possible pour lutter contre la Grande Inquisitrice, aidé de l’Armée de Dumbledore (AD) et aussi de personnages moins attendus, comme McGonagall (la directrice des Gryffondor est tellement parfaite dans ce tome !) et Peeves.

« Is it true that you shouted at Professor Umbridge? »
« Yes. »
« You called her a liar? »
« Yes. »
« You told her He Who Must Not Be Named is back? »
« Yes. »
« Have a biscuit, Potter. »

Du côté d’Harry, l’ostracisme devient une habitude. Après le Tournoi des Trois Sorciers pour lequel on ne croyait pas qu’il n’était pour rien dans sa participation, le voilà à nouveau moqué comme le détraqué qui raconte des mensonges sur le Seigneur des Ténèbres. Les élèves de Poudlard, et plus grave le Ministère de la Magie, s’acharnent sur lui, ce dernier allant jusqu’à déployer une véritable campagne de presse contre lui – une période dont Harry garde des séquelles dans les tomes suivants. La crise d’adolescence d’Harry se confond avec une quasi-dépression due à l’ambiance décrite ci-dessus et à l’influence des humeurs de Voldemort sur son esprit. Néanmoins, je le plains moins dans ce tome que dans le précédent, car il se montre vraiment agressif envers tout le monde, y compris ceux qui sont de son côté. Certes, cela s’explique en partie par la présence de Voldy dans sa tête et l’attitude distante de Dumbledore, mais je trouve quand même qu’il aime bien se faire plaindre. Ron et Hermione sont d’une patience d’ange, et les autres membres de l’AD ou de l’Ordre du Phénix aussi.

C’est vraiment un tome où on met un pied dans le monde adulte. On se rend compte que Dumbledore n’est pas le pépé parfait qu’on croyait. Un personnage important meurt, le parrain d’Harry, l’injustice frappe encore ! (Même si on peut être choqué par la mort de Cédric, très subite également, ça fait pas pareil.) J’aime particulièrement le parti pris de l’écrivaine de dépeindre James Potter et ses amis lors de leurs années à Poudlard via la Pensine et de ne pas avoir fait de James le héros qu’on attendait. T’façon je suis team Snape, donc bon… Tellement d’ailleurs que je n’apprécie pas beaucoup James et Sirius. Lupin a toujours été mon préféré des trois.

« You’re a prefect? Oh Ronnie! That’s everyone in the family! »
« What are Fred and I? Next door neighbors? »

C’est donc un tome bien moins rigolo que les précédents, mais grâce à Fred et George (toujours eux !) et le lancement de leur entreprise de farces et attrapes (le foin qu’ils mettent avec leurs feux d’artifice et leur marais !), ainsi qu’au professeur McGonagall dans sa lutte contre Ombrage (j’adore les passages où elles s’affrontent, McGonagall la rétame à chaque fois), on a toujours des pépites d’humour qui viennent sauver le lecteur de la morosité. Je ne néglige pas non plus les mésaventures amoureuses d’Harry et le climat adolescent de plus en plus prégnant et qui atteindra son point culminant dans le tome suivant (j’avoue j’ai hâte de relire ça !).

Just because you have the emotional range of a teaspoon doesn’t mean we all have.

LogolectureanglaisCe cinquième tome, le plus long de la saga et celui que j’avais attendu le plus longtemps, est aussi l’un des meilleurs tant il présente de pièces du puzzle qui sera résolu dans le dernier tome. Le relire en VO m’a encore une fois rendue toute nostalgique… Je craignais un peu ces presque 1000 pages mais comme toujours ce fut un bonheur. Plus que deux tomes à redécouvrir… Argh ! Je termine en vous mettant la chronique de ma précédente relecture, qui datait de mai 2012.

  harrypotter5Cinquième fichu tome que j’ai attendu, quoi, trois ans ? Quatre peut-être ? Je ne sais plus, mais c’était long, tellement long… Il avoisine les mille pages, mais une journée a suffi. Je me revois encore assise sur les marches, dans l’entrée, à attendre que mon beau-père rentre et me file mon livre ! Je lui ai arraché des mains le sac plastique (je n’ai même pas dû lui dire bonsoir je crois !), il pleuvait ce jour-là, je me souviens que le plastique ruisselait de gouttes. Et je suis montée en courant dans ma chambre, je me suis assise sur mon gros coussin rouge, le dos contre le radiateur, et j’ai commencé ma lecture. J’ai dormi trois heures cette nuit-là, j’ai emporté le livre au lycée le lendemain et le soir je l’avais fini. Quel bonheur, même si j’ai bien entendu déversé toutes les larmes de mon pauvre petit corps à la fin. Pourtant, comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas fan de Sirius (je suis trop raisonnable pour approuver ses choix je crois), mais voilà, c’était le premier proche de Harry à mourir, je ne m’y attendais absolument pas, et ça arrive tellement vite ! C’était l’horreur. L’horreur aussi, c’est cette harpie d’Ombrage. Je la détestais intensément, bien plus que Malefoy ou Rogue. J’ai beaucoup apprécié les centaures pour la peine ! Je bouillonnais d’indignation à cause de ce qu’elle leur faisait subir. C’est un tome plein de détresse, et je la ressentais de plein fouet, ado mal dans ma peau que j’étais alors. Le côté distant de Dumbledore me blessait beaucoup. Et surtout, après le retour de Voldemort, l’angoisse est partout. On entre avec ce cinquième tome dans le côté plus sombre de la saga, qui commence enfin à devenir adulte. Les personnages, tout jeunes qu’ils restent, ne sont vraiment plus des enfants. Plus de chamailleries ou de jalousie comme au bal de Noël dans le tome précédent. Là on se sert les coudes, on bosse les buses, et on lutte contre la Grande Inquisitrice, sa brigade, les Mangemorts, et même Voldy, qui s’offre le luxe d’une petite apparition à la fin. Heureusement que Fred et George sont très présents une bonne partie du livre. Je suis toujours hilare quand ils font leur grand coup et s’échappent magistralement sous les yeux d’Ombrage.

product9782070643066244x0Le film m’avait beaucoup déçue, pour plein de raisons. D’abord parce que là ça devenait vraiment archi-commercial et blockbuster, on perd lentement mais sûrement l’esprit HP. Les effets spéciaux sont là même quand ils ne sont pas utiles, et la place de la magie est fortement réduite au profit des cascades et de la « chorégraphie des baguettes ». Les sorciers gigotent, tendent le bras et paf ! ça fait des sorts. Ce n’est pas présenté comme ça dans le livre. Certains choix « visuels » sont bien pourris. Les centaures par exemple. Vous en avez déjà vu d’aussi moches et d’aussi éloignés du concept de centaure ? Enfin bref. L’actrice Imelda Staunton est en revanche parfaite dans son rôle d’Ombrage, et j’aime beaucoup la performance d’Evanna Lynch, qui incarne Luna Lovegood. Je tiens aussi à signaler à quel point Daniel Racliffe s’enlaidit à partir de cet opus… C’est quoi cette coupe limite à ras ? Berk. Pour ce qui est des bonus du Blu-ray (oui, souvenez-vous, j’avais fait une folie en janvier : j’avais acheté les huit films…), il y en avait un de réellement sympathique. On suit Natalia Tena (Tonks) sur les différents plateaux du tournage. Elle est rigolote, donc j’ai passé un bon moment devant ce bonus. Mis à part ça, je n’en garde pas de souvenirs particuliers… Pour conclure, un excellent tome parce que très long, développé, surtout au niveau de la psychologie des personnages (et en particulier Harry), mais un film vraiment pas à la hauteur ! Un article court, mais ça me fait toujours plaisir d’en parler !

18762833jpgr640600b1d6d6d6fjpgqx20070425074622

Publicités

2 réflexions sur “♥ Harry Potter and the Order of the Phoenix – J. K. Rowling

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s