♥ North and South – Elizabeth Gaskell

Évidemment, quand j’eus fini de lire tous les romans de Jane Austen, je me suis lancée dans la littérature para-austenienne. Et je me suis aussi intéressée à ces auteures qui lui sont souvent comparées, et quand on fait ça, on tombe très vite sur Elizabeth Gaskell. Vu l’apologie faite sur FB de l’adaptation de Nord et Sud de 2004 par la BBC, je me suis décidée pour ce roman-là en premier. Je l’ai fini hier après-midi, après peut-être deux semaines. J’ai déjà téléchargé une bonne partie de sa bibliographie grâce à Amazon, en choisissant les titres qui me parlaient le plus. Bref, Elizabeth Gaskell et moi, ça ne fait que commencer.

Mais de quoi ça cause, Nord et Sud ? Non, rien à voir avec la guerre de Sécession. C’est l’histoire de Margaret Hale, qui a passé une partie de son enfance à Londres, avec sa tante et sa cousine. Elle revient avec joie vivre chez ses parents à Helstone, au presbytère de son père, dans un magnifique petit village du sud de l’Angleterre, où la vie s’écoule paisiblement. Mais bientôt, un évènement se produit, et la famille Hale part vivre dans le nord du pays, dans la ville industrielle de Milton où les usines sont spécialisées dans le traitement du coton. Margaret a du mal à s’adapter à ce nouvel environnement où la vie est tellement différente de celle qu’elle a connu auparavant et où les gens lui sont étrangers, surtout ce Mr Thornton, le nouvel ami de son père, qui est bel et bien un homme du nord quand elle défend âprement le sud.

nord-et-sudDonc oui, vous l’aurez compris grâce à mon introduction, j’ai aimé ! Je vais le dire tout de suite par contre : ce n’est pas du Jane Austen, et je préfère Jane Austen. Il y a certes des ressemblances (à commencer par les caractères des deux personnages principaux, la psychologie et l’étude de la société, l’humour aussi) mais les différences sont frappantes (les questions sociales, presque complètement absentes chez Jane Austen, l’environnement où se déroule l’histoire, les péripéties qui ne sont pas du tout du même genre…).

Commençons par ce que je n’ai aimé que moyennement dans Nord et Sud. Je pense que ça tient surtout à l’engagement social de Margaret, qui m’a très vite énervée au début. Je suis loin d’être fan de ce genre de sujet, et au début, comme elle débarque, elle ne comprend rien aux choix de Mr Thornton et des patrons en général et passe son temps à défendre bec et ongles les ouvriers comme si c’étaient tous des enfants de chœur. Heureusement, un événement survient qui fait qu’elle met de l’eau dans son vin et devient plus modérée. Les réflexions qu’on trouve, disons, dans le dernier tiers du roman, deviennent même plutôt intéressantes. N’empêche que l’engagement manifeste de l’auteure a quelque peu gâché ma lecture, j’aurai préféré une analyse plus distanciée, plus objective. Un autre regret, c’est qu’au final on voit très peu d’autres personnages, on n’apprend pas vraiment à tous les connaître. Par exemple, j’ai a-do-ré Mr Bell, et on le voit cent pages au plus, et avec très peu de détails ! Il y a également un moment où j’avais l’impression que l’auteure y allait un peu dans la surenchère au niveau des événements dramatiques (ah ça c’est sûr qu’elle joue de malchance Margaret !). Dernière chose : la fin est trop rapide. J’aurai voulu du croustillant moi ! Il faut croire que c’est un défaut des auteurs du XIXème, Jane Austen aussi finissait toujours ses romans trop rapidement à mon goût…

Ce que j’ai beaucoup aimé : Mr Bell (ah je l’ai déjà dit ? Pardon. C’est juste que j’ai complètement craqué sur son humour !), Mr Thornton (étonnant, n’est-il pas ?), la romance en général, la longueur du roman (ça m’a pris du temps pour le finir, mais plus c’est long, mieux c’est !), la finesse dans l’étude des sentiments des personnages principaux et le style de l’auteure, qui passe habilement d’un point de vue à un autre (à part une ou deux fois où la transition était mal opérée, mais je chipote). Plus j’avançais dans l’histoire, plus je m’attachais aux personnages. À Mr Hale, à Higgins par exemple. L’évolution de plusieurs personnages est agréable, ils s’améliorent, mais évidemment, il y a aussi ces personnages horripilants qu’on aime ne pas aimer, voire détester (je pense surtout à Fanny là, et dans une moindre mesure aux Lennox et aux Shaw).

C’est un très bon roman mêlant la réalité de la révolution industrielle en Angleterre à une belle histoire d’amour. Malgré des événements durs et tristes, à la fin, bah t’es content.

Publicités

3 réflexions sur “♥ North and South – Elizabeth Gaskell

  1. Je l’ai lu il y’a un moment maintenant mais j’avais beaucoup aimé ! ! Elizabeth Gaskell et Jane Austen se ressemblent un peu, c’est vrai…notamment parce qu’elles sont toutes les deux très talentueuses mais j’ai trouvé leurs deux univers assez différents. Alors qu’Austen est beaucoup dans l’ironie et l’analyse des sentiments, j’ai eu l’impression que Gaskell, comme Dickens ou Zola, en France, s’intéressait beaucoup à son époque, à l’environnement qui l’entourait et avec Nord et Sud, c’est un vrai roman industriel qu’elle nous livre mais le pari est réussi ! Et il y’a effectivement la romance, très importante et plutôt bien traitée.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s