Jane Austen Mysteries, book 2: Jane and the Man of the Cloth – Stephanie Barron

En 2012, j’avais lu Jane Austen à Scargrave Manor, le premier tome d’une série policière où le personnage qui fait figure d’enquêtrice n’est autre que Jane Austen ! J’avais plutôt bien aimé, il était donc temps de me lancer dans la « suite » avec Jane Austen et le Révérend (en vrai vous pouvez lire dans le désordre, je ne crois pas que ça change grand-chose).

Nous sommes à la fin de l’été 1804. La famille Austen, réduite à Mr et Mrs Austen, Cassandra et bien sûr Jane, s’établit pour quelques temps à Lyme Regis, ville côtières qui servira de décor pour plusieurs scènes de Persuasion. Plusieurs décès douteux vont amener Jane à s’interroger sur les motivations de chaque résident qu’elle rencontrera, et en particulier de Mr Sidmouth, un caractère fort et indépendant qui semble tremper dans le « libre commerce » ayant cours dans cette région, et qui va fasciner la jeune femme plus que son sens moral ne l’accepte.

jane-austen-et-le-reverend C’était ma lecture en cours le jour où mon bébé est né (je crois que je m’en souviendrai toute ma vie !). J’ai donc mis pas mal de temps pour en venir à bout et je n’étais pas toujours très concentrée ! Cela fait un mois que je l’ai terminé, les détails sont déjà pas mal flous dans ma mémoire mais j’ai apprécié ce roman. La préface, comme dans le volume précédent, voudrait nous faire croire qu’il s’agit là de vrais journaux ayant appartenu à Jane et qui éclairent d’un jour tout nouveau sa vie si peu connue. Évidemment, tout janéite sait que de tels documents n’existent pas et que Stephanie Barron s’amuse simplement. Je dois dire qu’une fois qu’on a admis que ces histoires ne sont tout simplement pas possibles (Jane Austen qui sort de sa résidence en pleine nuit pour partir enquêter sur les traces de contrebandiers, comment dire… ce n’est pas crédible !) et que ce n’est pas grave, on peut vraiment apprécier les efforts faits par l’autrice pour se renseigner sur la vie de Jane et sur le mode de vie de son époque.

De nombreux détails donnent une bonne idée de la situation financière qui était celle de la famille Austen, des gens assez distingués, cultivés, d’un bon milieu social, mais avec peu de ressources, d’autant moins quand le révérend Austen a pris sa retraite, ce qui est le cas au moment où se déroule cette histoire. De même, j’apprécie beaucoup de voir la relation de Jane et Cassandra. Certaines choses peuvent déranger un peu, par exemple Jane se montre à l’occasion très méprisante à l’égard de personnes d’une classe sociale inférieure à la sienne (tout en faisant preuve de beaucoup de gentillesse à d’autres moments envers des domestiques). J’ai lu plusieurs fois que Jane Austen n’était pas très intéressée par la misère sociale (au contraire d’Elizabeth Gaskell notamment). Elle vivait dans un monde de classes bien séparées, dans une ambiance plus XVIIIème que XIXème, et tenait beaucoup à ce que chacun reste « à sa place ». Cet aspect peu reluisant pour un observateur actuel n’a rien de choquant dans le contexte où elle a vécu, et ce n’est pas si mal que Stephanie Barron ait pris le temps de retranscrire cela aussi.

jane-austen-et-le-reverend2Outre Tom Lefroy, épisode de la jeunesse de Jane très connu, on sait par des bouts de lettre que l’écrivaine aurait vu son cœur battre plus fort pour un autre homme non identifié mais qui a fait couler beaucoup d’encre chez les biographes. Stephanie Barron nous offre sa propre version, avec une réponse romanesque au « pourquoi ne l’a-t-elle pas épousé ? ». Évidemment, la théorie proposée dans ce roman est complètement fictive, mais j’ai bien aimé les échanges entre Jane et ce personnage.

Enfin, concernant l’aspect policier, des meurtres sont commis et il devient vite évident qu’ils sont en rapport avec le trafic organisé sur la côte par un mystérieux individu qui se fait appeler « le Révérend ». L’enquête consiste donc à découvrir de qui il s’agit. Je n’avais rien deviné (comme d’habitude, ai-je envie de dire). C’était sympathique de naviguer entre la vie de Jane et sa famille, les observations de l’écrivaine sur son quotidien et les gens qu’elle rencontre (des efforts sont faits pour rendre son ironie et son mordant) et ses recherches et réflexions plus « policières ».

En résumé, une lecture appréciable et appréciée pour cette austenerie qui a beaucoup de mérites, sauf celui d’être plausible !

Challenge Austenien

Publicités

2 réflexions sur “Jane Austen Mysteries, book 2: Jane and the Man of the Cloth – Stephanie Barron

  1. Merci beaucoup pour cet avis! Il y a encore quelques mois, je n’étais pas du tout tentée par cette série et finalement, elle me fait de l’oeil et je voulais lire quelques avis avant de me lancer.
    Ta chronique me donne envie de la commencer, surtout s’il n’y a pas d’ordre à suivre, c’est parfait! Je vais passer commande 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s