♥ La Saga des Reines – Jean des Cars

la-saga-des-reinesJe sais que je n’arrête pas de le dire, mais au cas où vous ne l’auriez pas lu sur Facebook ou Instagram, j’adore Jean des Cars. Je ne peux pourtant pas dire que j’ai lu beaucoup de ses livres, avec celui que je vais chroniquer aujourd’hui, ça fait deux. Mais j’avais vraiment été soufflée par la qualité de sa biographie de Sissi et j’étais scotchée à ma télé quand je le voyais dans l’émission Secrets d’Histoire par exemple. Et s’il peuple peu ma liste de livres lus, en revanche il est en bonne place dans ma PÀL ! Il était donc grand temps que je lise un autre de ses ouvrages et j’ai choisi un livre qui m’a été offert à Noël il y a plusieurs années par mes beaux-parents, La Saga des Reines. Correction : C’est Elody qui a choisi pour moi et elle ne s’est pas trompée !

Du XVIème siècle à nos jours, Jean des Cars présente douze souveraines dont le règne, par leur personnalité et/ou leurs actions, a marqué leur époque et façonné l’Europe.

J’ai adoré cette lecture. Retrouver la plume si agréable de Jean des Cars a été un pur plaisir. Certes, chaque partie est assez courte, la vie de ces grandes dames n’est que survolée, mais avec talent Jean des Cars a su en extraire l’essence et faire des textes cohérents, admirablement équilibrés entre le souci de tracer les grandes lignes qui font la cohérence du livre et les détails et anecdotes qui en font le sel et les épices. L’auteur sait aussi en dire juste assez pour donner envie d’approfondir la vie de la plupart de ces femmes. Un livre de vulgarisation dans le meilleur sens du terme, accessible à tous mais non moins passionnant !


catherine-de-medicisCatherine de Médicis

Celle-là, je la connaissais déjà grâce au Beau XVIème siècle et aux Années sanglantes de Simone Bertière. Ce n’est toujours pas une reine que j’apprécie particulièrement (son degré de responsabilité dans la Saint-Barthélémy n’étant pas certain, j’ai du mal à me positionner) mais qui force le respect par sa patience et qui est très emblématique de son temps. Elle n’a pas non plus eu beaucoup de chance. Trois de ses fils ont régné, les trois sont morts (le dernier quelques mois après elle)…

elizabeth-the-1stElizabeth Ière d’Angleterre

Qui ne connait pas la fameuse reine vierge dont le règne a donné son nom à toute une époque, l’époque élisabéthaine, fameuse aussi par Shakespeare ! Comprendre son accession au trône nécessite de remonter à la vie privée compliquée de son père, le non moins fameux Henri VIII. Rien n’a été facilité à cette femme qui a sûrement préféré rester célibataire plutôt que de risquer d’affaiblir son pouvoir. Elle n’a pas l’air très sympathique (les femmes de pouvoir le sont rarement, tant elles ont l’impression de devoir se montrer dures pour être crédibles face aux hommes…) mais fascinante, oui. J’ai très envie de me dégoter une biographie d’elle. En attendant, je pourrais peut-être en apprendre plus dans un livre acheté lors de mon voyage en Angleterre l’an dernier, Kings and Queens of England.

christine-de-suedeChristine de Suède

J’avais entendu parler d’elle surtout lors de notre visite de Stockholm il y a deux ans et il me semble qu’un Secret d’Histoire, que je n’ai pas vu, lui a été consacré. Fantasque, aimant s’habiller en homme, fuyant toute relation approfondie et tout contact charnel (de nombreux indices me font penser qu’elle était peut-être asexuelle et/ou queer), elle a fini par abdiquer et préféré parcourir l’Europe, embarrassant souvent ses hôtes, mais pas avant d’avoir convié Descartes en Suède – où il est mort. C’est une figure romanesque, de celle auxquelles on ne croirait pas si elles n’avaient vraiment existé ! Si je tombe sur une biographie qui a l’air bien et pas trop chère, je me ferais sûrement plaisir.

marie-therese-dautricheMarie-Thérèse d’Autriche

Ah, la maman de Marie-Antoinette. Elle me fait toujours l’effet d’être très autoritaire, mais il faut dire qu’elle aussi a dû s’imposer ! Héritière légale, ce n’est qu’en se mariant qu’elle a pu devenir légitime, avec l’apparence de son époux exerçant le pouvoir, alors qu’elle tenait les rênes, ce depuis un jeune âge et malgré ses nombreuses grossesses. Régler les affaires d’État entre deux tétées, ça force l’admiration ! Je n’envisageais pas particulièrement de lire un jour un livre dédié uniquement à cette figure, mais maintenant ça me tenterait bien !

catherine-iiCatherine II de Russie

Je savais que c’était une sacrée personnalité, mais là ça m’a bluffée ! Il faut absolument que je regarde le Secret d’Histoire sur elle. Une nana qui se débrouille pour devenir impératrice de l’un des plus gros pays du monde alors qu’elle n’est même pas russe au départ… Chapeau.

marie-antoinetteMarie-Antoinette

Un tome entier, et le plus gros il me semble, de La Saga des reines de Simone Bertière lui est consacré. J’ai aussi lu un journal apocryphe d’Evelyne Lever que je n’avais pas aimé. Je connais assez bien la vie de la dernière reine de la monarchie absolue, et il me reste encore la biographie par Stefan Zweig à lire. Le texte de Jean des Cars est bien équilibré entre les erreurs qui peuvent lui être imputées et les injustices dont elle a été victime.

queen_victoria_-_winterhalter_1859Victoria

Cette partie m’a donné envie de me jeter sur la bio par Jacques de Langlade que j’ai reçue lors d’un swap. J’ai été touchée par le contraste entre l’aspect moralisateur et les petites folies de cette deuxième reine d’Angleterre qui a porté si longtemps la couronne et que la perte de son époux a rendu presque austère. J’espère lire bientôt la biographie dont je parlais afin de mieux démêler le vrai du faux dans la série d’ITV en cours de diffusion (même si j’ai déjà repéré de grosses distorsions avec la réalité qui me font crisser des dents).

eugenieEugénie

L’épouse de Napoléon III… J’ai sa biographie par Jean des Cars depuis des années mais n’ai jamais l’inspiration subite de l’ouvrir. Sa vie est intéressante surtout parce qu’elle a vécu si longtemps. Elle a assisté à toutes les transformations de la deuxième moitié du XIXème siècle et a même vu la Première Guerre Mondiale. Du faste du Second Empire (j’ai tellement envie d’aller visiter le Palais Impérial de Compiègne… bientôt j’espère !) au mépris de son exil, je suis curieuse !

sissiSissi

Elle reste ma préférée. J’ai sérieusement envisagé de relire sa biographie en entier, et puis je me suis dit que ce ne serait pas raisonnable vu l’état de ma pile à lire. Lire ces quelques dizaines de pages ont de nouveau blessé mon cœur d’artichaut, tant sa vie a été triste malgré l’existence d’éléments qui lui auraient permis le bonheur…

zitaZita d’Autriche-Hongrie

Dernière impératrice d’Autriche-Hongrie après Sissi, Zita en a vécu l’effondrement. Elle l’est devenue suite à l’assassinat de l’héritier, l’archiduc François-Ferdinand, car elle avait épousé Charles, le neveu du précédent. Tous deux furent contraints à l’exil avec leur famille à la fin de la Première Guerre Mondiale. Leurs efforts pour sortir du conflit n’ont jamais abouti et ils se sont trouvés du côté des perdants, et du mauvais côté de l’Histoire, la monarchie n’étant plus à l’ordre du jour en Autriche. Zita fait aussi partie de ces veuves précoces – son mari est mort en 1922 tandis qu’elle a survécu jusqu’en 1989. Elle a pu revoir le pays dont elle avait été la reine en 1982, après avoir vécu dans divers pays d’Europe et aux États-Unis. C’était chouette de découvrir cet aspect qui m’était méconnu des conséquences de la Première Guerre Mondiale à travers cette femme dont peu de gens connaissent encore le nom, alors qu’elle n’est décédée que très récemment.

astridAstrid, reine des Belges

C’est la seule femme dont je n’avais jamais entendu parler, du tout du tout, avant de lire ce livre. Il s’agit de l’épouse de Léopold III. Elle est au départ princesse de Suède (une descendante de Bernadotte !), ne parlait pas la même langue que l’homme qu’elle a épousé et ne pratiquait pas la même religion. De ce que j’en ai retenu, elle a marqué la Belgique par sa gentillesse à travers ses œuvres de charité et par l’image qu’elle renvoyait ou contribuait à renvoyer de la famille royale. Son décès brutal alors qu’elle n’avait même pas 30 ans a beaucoup marqué les esprits.

Elizabeth II

Jean des Cars rappelle les débuts de la monarque et revient rapidement sur les erreurs qu’elle a faites qui ont joué défavorablement sur sa popularité (l’épisode Diana surtout) et le renforcement récent de l’attachement des Anglais pour leur reine. Son mordant n’est pas oublié ! Nul doute qu’à sa mort, ce sera la fin d’une époque pour beaucoup de gens, et pas seulement les Anglais…


En bref, j’ai été passionnée tout du long par cet ouvrage. Je ne saurais trop vous conseiller de le lire et il me tarde de découvrir les autres « sagas » de Jean des Cars !

Pick me a book logo

Publicités

3 réflexions sur “♥ La Saga des Reines – Jean des Cars

  1. Ohhh, tu ne connaissais notre adorable reine Astrid? C’est pourtant suite à son décès et au remariage du Roi Léopold que la Belgique a vécu le mémorable épisode de la Question Royale ! Elle est malheureusement morte beaucoup trop jeune en effet …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s