How to train your dragon: book 1 – Cressida Cowell

[Chronique de mars 2013]

haroldA la maison, nous sommes complètement fans de Dragons, ou How to train your dragon en VO. On a vu le film au moins 30 fois, on s’est offert le blu-ray pour mieux profiter des sublimes images, on suit la série qui continue le film et qui est diffusée aux Etats-Unis sur Cartoon Network… Donc on s’est dit qu’il fallait absolument qu’on teste la série de livres dont se sont inspirés les studios Dreamworks pour faire leur chef-d’œuvre. C’est ainsi que j’ai acheté Comment dresser votre dragon, premier tome de Harold et les Dragons, de Cressida Cowell Et ça ne nous a pas plu. Du tout.

Encore une fois, je constate que dans de rares cas, l’adaptation peut surpasser (et de très loin) le bouquin originel. Le livre commence alors que les jeunes garçons de la tribu sont réunis pour passer la première épreuve du test qui fera d’eux de vrais vikings. La sanction s’ils échouent ? Le bannissement, et vu l’hospitalité de la nature, la mort, en fait. Harold, le fils du chef Stoïk mais pas très viking dans l’âme, pense donc sceller son destin en échouant à l’épreuve : ramener un dragon. Avec son ami Findus (ahem), encore plus mal dégourdi que lui (il est bigleux carrément), ils y parviennent pourtant, mais les ennuis s’enchaînent, surtout que le petit dragon d’Harold, Krokmou, n’est pas très aidant.

L’histoire n’a quasiment rien à voir. Quelques noms sont repris (le héros et son père, l’île, le dragon…) mais les personnages n’ont quasiment rien à voir. Alors que dans le film, je m’identifie carrément à Harold, je l’ai trouvé pas du tout attachant dans le livre. Stoïk a bien le côté viking débile et bourru mais sans le côté attachant là aussi. Le fait qu’il soit veuf dans le film doit beaucoup aider. Dans le roman, sa femme existe, mais un peu à l’état d’objet. Il y a un grand-père aussi, qui lui était limite un peu intéressant. Le pire, c’était Krokmou (Toothless). Pour moi, c’était le dragon par excellence, mignon, fort et gentil, en mode énorme chat. Je n’ai même pas le cœur de vous le décrire dans le livre… C’est un avorton, fier et méchant, et à mes yeux il ne se rachète pas de conduite, même à la fin. Il n’y a pas de fille dans l’histoire, et les autres gamins de l’île sont tous des petits cons (y’en a juste un de l’île « ennemie » qui était sympa). Je n’ai absolument pas retenu les noms du livre, que j’ai trouvé la plupart du temps stupides et de mauvais goût, un peu comme si l’autrice prenait les gosses pour des débiles, voyez ?

Quelques mots rapides sur les dessins et illustrations du livre : ce n’est pas parce que le livre est destiné à un public très jeune qu’on ne doit pas faire l’effort de dessiner quelque chose de joli susceptible d’éveiller le sens artistique de petiots. Vous l’aurez compris, en plus c’est moche. Le livre manque cruellement d’humour (de bon humour). On s’ennuie, l’action est lente et il n’y a ni suspens, ni tension. Les dragons sont déjà domestiqués, à coup de cris, et sont des bestioles mauvaises et fourbes. Bref, tout le contraire du roman. D’ode à la tolérance et à l’amitié, que nenni. Bon, j’avoue, j’exagère un peu, mais vraiment, en comparaison du film, le livre est une daube. Merci Dreamworks de ne pas l’avoir suivi ! Dommage, l’autrice avait l’air sympa dans les bonus du film.

Publicités

4 réflexions sur “How to train your dragon: book 1 – Cressida Cowell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s