♥ Les Chroniques de Siwès, tome 1 : La Guerrière Fantôme – Syven

[Chronique de juillet 2013]

Pour Noël, mon petit frère m’a offert un chèque-cadeau qui me permettait d’acheter des ebooks sur Amazon. Je ne me suis pas privée et parmi mes choix, il y avait Les Chroniques de Siwès, tome 1 : La Guerrière Fantôme, roman fantasy écrit par Syven. Je suis bien embêtée de l’avoir acheté en numérique, car j’ai tellement aimé que je voudrais l’avoir dans ma bibliothèque, surtout que la couverture est sublime ! Et apparemment, impossible de le trouver en occasion, chacun conserve jalousement son exemplaire…

laguerrierefantomeLe livre s’ouvre avec un prologue. Des mages entreprennent un rituel, qui doit appeler un esprit guerrier à leur aide. En effet, la paix en Ès a volé en éclat lorsque l’empire du Llhuan a fait tomber la ville de Labothen.

À présent, ses armées menacent la ville d’Ispare, dont le fabuleux Tadjal est un allié. Une jeune fille est irrésistiblement appelée à travers les brumes de son sommeil. Elle apparaît dans le monde d’Ès en tant qu’esprit, et Tadjal, un tigre du Sitob, est son gardien. Pour le défendre, celle qu’il appelle Siwès va se jeter à corps perdu dans la guerre.

Siwès se retrouve donc dans un autre monde par le biais de ses rêves. En suivant la musique des clochettes du Sitob, elle arrive en Ès, laissant son corps mortel endormi dans notre monde. Au départ un peu perdue, se demandant si son rêve n’est rien de plus ou s’il relève d’une autre réalité, Siwès s’intègre très rapidement, grâce à Tadjal. Comme je l’ai déjà indiqué, Tadjal est un fabuleux, un animal doté en grande quantité de cette magie qui court dans chaque être, l’Herrès. Il sait l’utiliser de manière à se battre, ce qu’il a choisi de faire aux côtés des Isparites. Siwès, quant à elle, n’existe dans ce monde que grâce à l’Herrès, qui lui fournit une enveloppe de fortune. Elle est donc une laückfillès, n’apparaît que sous la forme d’esprit, incapable de sentir la chaleur ou le froid, les matières. Mais elle voit et elle entend, et surtout, elle n’est pas dénuée de pouvoir…

Il n’y a qu’une seule chose qui m’a gênée pendant cette lecture. Siwès vient de notre monde, mais on ne la voit quasiment jamais dans sa « vraie » vie. On ignore son véritable prénom et presque tout de sa vie, dont elle ne peut se souvenir quand elle se trouve en Ès. Je comprends bien pourquoi Syven a fait ce choix, c’est logique au vu de l’histoire, et je suis certaine que le tome 2, Le Lion à la langue fourchue encore à paraître, nous apportera de nouveaux éléments. Néanmoins, j’étais embêtée de savoir qu’elle venait d’un autre monde sans que ce soit explicité davantage. C’est sûrement ma curiosité qui fait que je veux tout savoir tout de suite !

En proie à une sensation d’étouffement, Siwès voulait fuir à tout prix, mais elle avait beau se concentrer, elle ne voyait rien sauf ces yeux sans prunelle, ces naseaux aux humeurs suintantes, la chair grise putréfiée en transparence sous les écailles, et cette gueule déformée aux crocs irréguliers qui s’ouvrait comme pour l’aspirer.

J’ai adoré le monde d’Ès. Les fabuleux sont, eh bien… fabuleux ! Les tigres du Sitob, les adiales, les dragons… Leurs caractéristiques, leurs interactions avec les humains sont passionnantes. J’ai été très touchée par les relations Siwès/Tadjal, Tomas/Hellonne et une autre que je ne révèlerai pas car elle apparaît tardivement dans le roman. L’Herrès et l’Arh, son pendant déformé, sont aussi très intéressants, et je suis sûre que la suite nous révèlera bien d’autres choses à ce sujet ! On croise des mages, des meneurs, des nécromants, des ishtars, mais aussi des humains plus conventionnels, les Stratèges, des généraux, de simples soldats, des arbalétriers, et tout un tas de sorts et de bestioles peu ragoûtants… Syven équilibre bien ses personnages, il y a des hommes et des femmes, tous avec leur caractère. Il n’y a que leur physique que j’ai du mal à retenir. Leurs relations sont bien développées, il y a ce qu’il faut de romance pour faire battre mon petit cœur. Le roman n’est pas non plus dénué d’humour et d’intrigues politiques, ainsi que de beaux combats (j’ai eu très peur moi à un moment ! On ne menace pas de tuer des personnages comme ça, nanmého !).

J’ai beaucoup aimé la plume de Syven, travaillée et subtile, qui m’a très bien emportée dans cet autre monde que j’ai très vite voulu visiter moi aussi. Je crois bien n’avoir vu aucune faute et seulement quelques coquilles dans la version numérique, c’est du très beau travail. Les en-têtes de chapitre sont joliment stylisés, et la couverture que j’ai déjà pu admirer en salon est magnifique. Je n’avais pas aimé ma précédente lecture des éditions du Riez, mais là je suis comblée !

C’est l’ennui quand on a beaucoup aimé un roman, on ne sait pas toujours comment l’encenser ! Tout ce que je peux vous dire, c’est que je suis exigeante, en particulier en fantasy. Je me lasse vite, alors qu’ici j’étais de plus en plus impatiente de reprendre ma lecture, et la fin de ce premier tome m’a fait trépigner ! J’ai vraiment hâte d’avoir la suite, et je ne sais vraiment pas sous quel format je craquerai… Syven fait partie de ces auteurs français qu’on ne connaît pas assez et qui méritent de l’être bien plus que tout un tas d’auteurs plus ou moins minables. Je la suivrai avec attention, et je compte bien me procurer également son roman Au sortir de l’ombre, qui m’attire aussi beaucoup… Bref, lisez Les Chroniques de Siwès !

Aussi étrange que cela parût, les humains étaient honteux de leurs corps. Ils prétendaient que les vêtements les protégeaient du froid, ce que le tigre admettait volontiers, les pauvres créatures n’avaient quasiment pas de poils pour se tenir chaud ; mais à Ispare, quand le soleil d’été rendait les rues brûlantes et asséchait les gorges, ils s’habillaient de voiles, de chemises bouffantes, de robes… Tout être pourvu d’une minimum de bon sens se serait débarrassé de ces étoffes.

EDIT : j’ai effectivement acheté le livre en version papier, ainsi que la suite, Le Lion à la langue fourchue. Et j’ai honte d’avouer que je ne l’ai toujours pas lu… Ce n’est pourtant pas l’envie qui manque !

Publicités

Une réflexion sur “♥ Les Chroniques de Siwès, tome 1 : La Guerrière Fantôme – Syven

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s