44 Scotland Street Series, book 1: 44 Scotland Street – Alexander McCall Smith

[Chronique d’août 2013]

Quand j’ai appris que la prochaine lecture commune de L’île aux livres, club de lecture lillois, était un roman écrit sous forme de chroniques se déroulant à Édimbourg, j’ai été très enthousiasmée. J’ai déniché 44 Scotland Street, premier tome de la série du même nom écrite par Alexander McCall Smith en VO, et j’ai fini par me lancer, très en avance, car la lecture en anglais est toujours un peu plus lente chez moi.

44ssLes chroniques commencent lorsque Pat, jeune femme au début de la vingtaine, vient visiter un appartement au 44, Scotland Street. Bruce, seul colocataire présent, lui fait visiter et elle accepte d’entrer dans la colocation. Nous découvrons rapidement que Bruce est géomètre et que Pat va travailler dans une galerie d’art, avec un homme prénommé Matthew. Au 44 vivent aussi Domenica, la soixantaine, et une famille composée d’Irene, de Stuart et du petit Bertie. Tout ce petit monde vit sa vie et nous en découvrons des pans au fur et à mesure de la lecture.

Je n’ai vraiment pas aimé ce livre. J’aimais beaucoup l’idée de chroniques d’Édimbourg, ça avait l’air tellement sympa ! J’ai adoré cette ville et les gens que j’y ai croisés n’étaient absolument pas – Dieu merci – comme ceux de ce roman. Alexander McCall Smith a souhaité faire des chroniques, avec une sorte de fil conducteur, une trame qui est en fait le 44 Scotland Street. Tous les personnages peuvent être reliés à ce lieu. Il y a également une sorte de petite intrigue à propos d’un tableau. Mais rien, rien du tout de passionnant. Je me suis ennuyée à mourir pendant toute ma lecture, qui m’a pris plusieurs semaines, alors que je suis en vacances. Ça veut tout dire. Son but aussi, il me semble, était de peindre un portrait amusant, un peu cliché des bobos d’Édimbourg. Sûrement ce genre de personnes existe, on a les mêmes dans toutes les grandes villes de France (et même les pas si grandes). C’est un cliché qui se vérifie, c’est vrai. Mais franchement, est-ce la peine de dépeindre tout le monde comme ça ? Autant de personnes insupportables réunies dans un même environnement ? Je ne vois pas l’intérêt. Ce livre n’a eu pour moi aucun intérêt. Heureusement que je connais déjà Édimbourg et que je sais que la représentation qui en est donnée est faussée, parce que sinon je ne voudrais même pas y aller.

LogolectureanglaisParlons un peu de ces personnages, tiens. Pat n’est pas trop horrible. Elle se cherche, n’est pas méchante, se laisse aller à ses émotions, essaie de devenir adulte. Mais il faut bien admettre qu’elle n’est pas très passionnante. Sa relation avec son père est mignonne, mais voilà, pas de quoi en faire un cake. Bruce est l’insupportable n°1. Narcisse, c’est lui. Ducon, Dugland, c’est lui. Monsieur-je-sais-tout-mieux-que-tout-le-monde se ridiculise à tout bout de champ. Domenica est déjà plus sympathique et un peu plus intéressante, mais l’auteur en a trop fait. Elle a tout vu, elle connaît tout, a toujours le bon mot. Bref, elle n’est pas croyable. À la limite, Angus, Cyril et Matthew sont les plus sympathiques de l’histoire, encore que Matthew ne fasse pas très « authentique ». Bertie m’a sincèrement plu aussi, petit garçon vif et plein d’entrain, étouffé dans son envie de vivre son enfance. Irene, elle mériterait de passer par la fenêtre, tout simplement. Stuart est à peine entrevu mais semble insipide. Je passe sur les Todd et autres riches trous-du-cul.

Mince, je suis vraiment dure. Mais voilà, je perds rarement mon temps à ce point sur un livre. J’y ai passé une dizaine d’heures. Je n’ai pas lâché, j’ai vraiment eu envie d’abandonner mais je suis allée jusqu’au bout car je pense que c’est la moindre des choses de lire un truc que quelqu’un s’est échiné à écrire. Donc surtout, retenez bien ceci : 1° Ne pas lire 44 Scotland Street ; 2° Visiter Édimbourg.

Publicités

Une réflexion sur “44 Scotland Street Series, book 1: 44 Scotland Street – Alexander McCall Smith

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s