♥ Kādokyaputā Sakura – Clamp (1)

[Chronique d’octobre 2013]

Ah, nostalgie, quand tu nous tiens ! Card Captor Sakura était mon tout premier manga. Je regardais l’anime à la télé, et je suis tombée sur le manga en librairie. Ça a été le début d’une grande histoire, passionnée au début, et puis plus calme, plus sereine, sur la durée. Je lis et achète beaucoup moins de mangas aujourd’hui, mais j’ai toujours plaisir à me plonger dans une série ou un one-shot, ou à en découvrir de nouveaux.

ccs-1

CCS est resté l’un de mes mangas préférés. Il est accessible dès l’enfance, mais même en grandissant, il tient la route, c’est le moins que je puisse dire ! J’ai pris un énorme plaisir à relire ces six premiers tomes. Je regarde l’anime en parallèle, et c’était vraiment sympa de revenir aux sources avec le manga des Clamp. Je ferai un article consacré à l’anime, mais pas tout de suite. De quoi ça parle, au fait ? Sakura Kinomoto est une petite fille d’environ dix ans, et un jour, elle a trouvé dans la bibliothèque de son père un vieux grimoire. En l’ouvrant, elle a libéré des entités magiques, appelées les Clow Cards, et réveillé leur protecteur, Kerberos (dit Kélo), qui choisit Sakura pour être la nouvelle chasseuse de ces Cartes. Il lui explique qu’elles ont été créées par un magicien très puissant, Clow Lead, et sont très elles-mêmes dotées de grands pouvoirs. Si Sakura ne parvient pas à toutes les capturer, « sur ce monde s’abattra le fléau »…

ccs-2

Le début de la série est très léger : Sakura est toute mignonne, ses copines aussi, tout a l’air de très bien se passer. Mais les Cartes peuvent se montrer très vicieuses et méchantes, et les capturer n’est pas souvent facile. Quand d’autres personnes s’en mêlent, Sakura a rapidement des ennuis. Ce premier cycle, des tomes 1 à 6, est très centré sur la capture des Cartes, mais laisse déjà entrevoir certaines problématiques qui se retrouveront par la suite. Et parmi celles-ci, il y a les relations humaines. Tous les personnages sont importants et ont quelque chose à nous montrer ou à nous apprendre. Leurs relations sont riches, souvent belles, parfois très compliquées. J’en retiens, personnellement, que ce n’est pas facile d’aimer. Ça fait mal, parfois à un point qui nous paraît insupportable, mais ça vaut le coup, toujours. La fin du sixième tome met fin à une partie de l’histoire, qu’on aurait pu croire unique, et nous ouvre de nouvelles portes. Je n’aurais jamais deviné les évènements de ce tome, même si je l’avais lu pour la première fois aujourd’hui. J’adore et j’admire cette capacité qu’ont toujours eu les Clamp de me surprendre (même si parfois les surprises ne me plaisent pas, mais pas dans le cas de Sakura, j’adore tout !).

ccs1

ccs3Parlons des personnages, qui font beaucoup pour rendre cette série géniale. Sakura d’abord, est une héroïne forte et courageuse, qui surmonte ses faiblesses et essaie de toujours rester optimiste, même quand c’est très difficile. Elle est trop mignonne et me fait beaucoup rire, notamment quand elle se fritte avec son frère, Toya, ou avec Kélo. Tomoyo, sa meilleure amie, me fait aussi bien rigoler. Elle est très exubérante, sans que ça se voit au premier abord, et son amitié, une fois accordée, semble sans limite. Mention spéciale au personnage de Lika, une amie d’école de Sakura et Tomoyo, que j’ai toujours beaucoup aimée (elle aussi est trop mignonne !). Shaolan, lointain descendant de Clow Lead, est un personnage masculin comme je les aime, avec son air bougon mais son vrai cœur tendre. L’évolution de son personnage dans cette histoire est très intéressante. Quand on commence le manga, en naïfs que nous sommes, nous pensons que chaque personnage est à sa place, on l’a bien situé et tout, mais au fil des pages on découvre des liens qu’on n’avait pas soupçonnés, et on regarde cette toile de relations humaines se dérouler sous nos yeux, pendant que notre cœur se serre devant l’injustice de la vie. Le bonheur de l’un fait souvent le malheur d’un autre…

Quelle chronique serait-ce là si je ne parlais pas du coup de crayon de Clamp sur cette œuvre ? Je suis conquise. Chaque fois que je regarde l’expression des visages, les costumes, les Cartes (pour celles qui ont une forme humanoïde), je vire un peu comme Sakura en faisant « hanyaaaaan ! ♥ ». Tout est tellement joli, tellement travaillé tout en restant simple (on n’est pas dans des dessins surchargés où on ne sait plus ce qu’on regarde), et puis toujours cette émotion qui se dégage… Je viens de relire le sixième tome, et j’ai les larmes aux yeux (bon, je suis très émotive en ce moment, mais quand même !).

J’ai parlé ici de la saga de manière général, en ne spoilant pas, mais ma deuxième chronique, qui portera sur les six derniers tomes, racontera juste tout je pense, histoire que je lâche le trop-plein d’émotions que j’aurais accumulées avec ma lecture… A bientôt donc !

Publicités

Une réflexion sur “♥ Kādokyaputā Sakura – Clamp (1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s