The Mortal Instruments, book 1: City of Bones – Cassandra Clare

[Chronique d’octobre 2013]

lacoupemortelleJe continue à satisfaire ma manie de lire les livres adaptés au cinéma. Après avoir découvert avec grand plaisir Nos étoiles contraires, qui est en tournage, je viens de finir La Coupe mortelle, le premier tome de la saga La Cité des Ténèbres de Cassandra Clare, qui vient de sortir au cinéma et que je verrai à sa sortie en DVD/Blu-Ray.

L’héroïne s’appelle Clary. Elle a 15 ou 16 ans, je ne sais plus, et lors d’une soirée en boîte de nuit avec son meilleur ami, Simon, elle assiste au meurtre d’un garçon, exécuté sommairement par un groupe de trois jeunes gens maniant des armes étranges. Le plus bizarre, c’est que seule Clary peut les voir. Quand sa mère disparaît peu après, Clary se trouve projetée dans une autre facette du monde dont elle ignorait l’existence, peuplée de démons, sorciers, Damnés, et autres joyeusetés. Jace, un jeune Chasseur d’Ombres, la guidera dans ce nouvel univers à la recherche de sa mère.

lacitedestenebresDès le début, j’ai trouvé l’écriture très plate, et vu que j’attache beaucoup d’importance au style et à la forme, ça m’a fait commencer ma lecture sur un mauvais pied. Il n’y a aucun sentiment dans la plume de l’auteure, ça introduit une certaine distance entre le lecteur et l’héroïne qui ne m’a pas plu, car ça m’a vraiment empêchée de m’attacher à Clary et autres personnages. Néanmoins, Cassandra Clare sait mettre quelques touches d’humour bienvenues dans son texte et j’ai rigolé une ou deux fois quand les personnages se disputent.

L’intrigue se laisse suivre, mais avec un certain désintérêt. Je me moquais un peu de savoir ce qui allait arriver aux personnages et l’histoire est vraiment sans surprise. J’avais deviné les grandes révélations de la fin, alors que je ne cherchais même pas à savoir. Concernant les personnages, ils sont bien différenciés, on retient bien leurs noms et leurs personnalités, au point que tout ça devienne un peu caricatural. L’un est petit et brun, l’autre grand et blond, ce genre de choses. Finalement, j’ai assez aimé Clary, je trouve ses réactions probables (même si parfois elle a tendance à oublier fortement des gens derrière elle…) et elle n’évolue pas trop vite (elle ne devient pas super-balèze dès qu’elle découvre l’existence des méchants, etc). Jace m’a agacée plus d’une fois, et je n’ai pas du tout aimé la façon dont sa relation avec Clary tourne à la fin de ce premier tome, c’était facile, convenu, et fait penser très très fort à une saga culte… Je n’ai pas accroché à Isabelle et Alec, qui ne servent pas à grand-chose, il faut bien le dire. Quant aux autres, ce sont ou des faux-gentils (et on les perce à jour très facilement) ou des gentils-gentils ou des grands, gros, vraiment très méchants.

Je ne suis pas contre l’idée de lire la suite, parce que c’est de la pure détente, mais je ne suis pas pressée. Je n’ai pas du tout ressenti d’engouement particulier pour cette histoire ou ces personnages. Je regarderai le film avec plaisir je pense, parce que moi j’aime bien l’acteur qui incarne Jace, et comme je n’ai pas adoré le livre, je ne risque pas d’être déçue par le film. Pour le coup, j’ai plutôt envie de continuer Divergent et d’autres sagas bien plus sympathiques.

Publicités

Une réflexion sur “The Mortal Instruments, book 1: City of Bones – Cassandra Clare

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s