♥ Kādokyaputā Sakura – Clamp (2)

[Chronique de novembre 2013]

Dans la foulée des six premiers tomes, j’ai dévoré les six derniers tome de Card Captor Sakura, mangé emblématique des Clamp (je me suis fait les tomes 9 à 12 à la suite). Cette chronique n’a pas pour but de présenter cette série, pour cela je vous invite à lire cette chronique. C’est juste une petite chronique pour clore ma relecture.

 sakura

Dans cette seconde partie, Sakura a réuni toutes les Clow Cards et est devenue la maîtresse des cartes. Pourtant, des choses étranges continuent de se produire, et Sakura doit transformer les Clow Cards en Sakura Cards pour pouvoir continuer à les utiliser.

sakura-2

Tout en restant amusant et mignon, le manga gagne en maturité et en gravité. Les personnages découvrent quels sont leurs véritables sentiments les uns envers les autres, avec la souffrance que cela peut entraîner. L’histoire d’amour vécue par Sakura me retourne toujours le cœur. Comme d’habitude, à la fin, j’ai pleuré de bonheur…

Les Clamp m’avait énormément surprise avec la tournure des derniers événements, et aujourd’hui encore je trouve qu’il y a bien des choses étonnantes dans ce manga. Les histoires d’amour sont toutes uniques, atypiques. J’admire Fujitaka qui continue d’aimer profondément sa femme. Même des années après sa mort, son amour n’est pas altéré d’un iota. Je croise les doigts pour Lika, espérant qu’elle grandira vite, qu’elle pourra enfin être avec celui qu’elle aime. J’espère que Chiharu et Yamazaki resteront toujours tels qu’ils sont. J’ai du mal à comprendre Tomoyo (sans doute parce qu’elle est l’altruisme personnifié alors que je suis beaucoup plus égoïste !) tout en espérant qu’elle trouve quelqu’un rien que pour elle (j’ai trop lu Chobits). Je suis heureuse pour Toya, je me demande vraiment comment ça tourne pour Eriol… En fait, il faudrait un Card Captor Sakura : 10 ans plus tard pour me satisfaire, et encore !

Cette deuxième partie est bien plus fort en émotions que la première, mais en contrepartie elle est moins drôle. Les personnages grandissent ou changent de forme (le grand Kélo est quand même sacrément plus impressionnant !) et la fin comble autant qu’elle frustre, car c’est le genre d’histoire qu’on voudrait voir continuer indéfiniment. Je dis ça, mais je trouve que le format des douze tomes est juste bien. Les Clamp se sont perdues dans des séries plus longues, chaque fois j’ai trouvé qu’elles avaient de ne pas savoir comment finir… Card Captor Sakura est une série simplement parfaite, que je relirai tout au long de ma vie, et que je compte bien faire découvrir à mes enfants si j’en ai un jour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s