Darcy Gentleman, book 2: Duty and Desire – Pamela Aidan

[Chronique de décembre 2013]

Après avoir lu cet été Une telle assemblée, tome 1 de la trilogie Darcy Gentleman de Pamela Aidan, je n’ai pas trop traîné suite à la sortie du tome 2 intitulé En vain ai-je lutté. Milady poursuit la traduction d’austeneries, et si ce n’est pas parfait, je reste très contente de la démarche.

darcygentlemant2Nous retrouvons Darcy alors qu’il s’apprête à partir dans le Kent pour rendre sa visite annuelle à sa tante Lady Catherine de Bourgh. Il a – avec succès semble-t-il – éloigné Charles Bingley de Jane Bennett, mais lui-même a bien du mal à chasser de ses pensées les jolis yeux de Miss Elizabeth. Quitte à s’ennuyer à Rosings Park, il va en profiter pour oublier la jeune femme. Mais le destin lui joue un vilain tour et place une nouvelle fois la demoiselle sur son chemin.

Mon avis ne va rien avoir de très innovant par rapport à ceux qui parsèment déjà la toile. C’est un fait : on s’ennuie dans ce second tome. La seule chose qui s’y passe, c’est la fameuse déclaration d’Hunsford. Et concernant l’œuvre originale, le seul point commun est ce séjour à Rosings. On y passe un long moment, avec que Darcy ne retourne dans sa demeure londonienne, la queue basse. Et là, ça se barre sérieusement en cacahuète avec le retour d’un personnage inventé par l’auteur déjà croisé dans le premier tome, Lord Brougham. Il se retrouve confident (et compagnon de beuverie!) de Darcy et en vient à lui-même épancher son cœur malheureux. Autant le sujet du portrait de Georgiana a eu un peu d’intérêt à mes yeux (pour la métaphore et le développement du personnage de Miss Darcy), autant je n’ai eu strictement rien à faire de « Dy ». Il m’a même plutôt gonflée, en fait.

En outre, les réflexions de Darcy tournent sérieusement en rond. Dans un sens c’est réaliste, car en effet lorsqu’on s’est fait éconduire ou qu’on est triste on a tendance à ressasser nos malheurs. Mais étalées sur quasiment deux cents pages, en disant toujours la même chose avec des formulations différentes, ça finit par être lassant. Et puis, sous ce jour-là, Darcy n’est vraiment pas très sympathique. Il est long à se rendre compte qu’il s’est comporté avec Lizzie comme le pire des goujats (déjà ce qu’il dit tout haut est affreux, mais ce qu’il pense est encore pire!) et quand elle lui retourne ses réflexions à la tête il nous fait sa dépression et noie son chagrin dans l’alcool. Un Darcy alcoolique ? Non merci. J’ai eu beaucoup de mal à reconnaître le personnage de Jane Austen. J’ai également bugué sur l’écriture encore plus que dans le premier tome. Est-ce que c’est le style de l’auteure ou la traduction, bonne question (mais j’avoue que je penche assez vers la traduction pour plusieurs raisons, notamment que les dialogues repris directement d’Orgueil et Préjugés sonnent souvent mal dans cette version). J’ai également eu beaucoup de mal avec le mielleux des relations Darcy/Georgiana (il l’appelle « mon ange »…) et avec la familiarité du Colonel Fiztwilliam (il appelle Darcy « Fitz », et je n’ai pas bien reconnu ce personnage non plus).

Je dis tout ça parce qu’il faut bien que j’étoffe ma chronique, mais en soi je n’ai pas passé un moment si horrible, sinon j’aurais mis bien plus de temps à le lire. On passe malgré tout un bon moment et Pamela Aidan a fait un gros travail en disséquant tous les agissements de Darcy et en imaginant ses tourments intérieurs. Elle tente de garder à la fois l’esprit de l’époque en rappelant les convenances et les règle de la société britannique et en même temps de nous montrer l’envers du décor, ce que pouvait être réellement la vie d’un gentleman au début du XIXème siècle. Je ne m’y connais pas suffisamment bien dans le domaine pour dire si c’est réussi ou non ; je crois que ça dépend des moments. Par contre, j’ai vraiment quelques reproches à faire à l’éditeur sur ce titre. Déjà, le titre VO indiqué en première page n’est pas le bon. Il s’agit de Duty and Desire et pas These Three Remain. En outre, j’ai bien l’impression qu’il y a eu de sérieux ratés niveau typologie (des sauts de ligne quand il ne faut pas et pas de saut de ligne quand il en faudrait !), à moins que pour ce dernier point cela relève de l’auteure.

Ce deuxième tome est définitivement plus mauvais que le premier mais ne m’empêchera pas de me jeter sur le troisième sitôt sa sortie, en février. J’espère que la conclusion de la trilogie rattrapera ce tome quasi-catastrophique !

Challenge Austenien

ChallengeXIXeme2

Publicités

2 réflexions sur “Darcy Gentleman, book 2: Duty and Desire – Pamela Aidan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s