Amour, Orgueil et Préjugés – Jess Swann

[Chronique de mars 2014]

J’étais étonnée et ravie en découvrant il y a plusieurs mois qu’une austenerie en français allait sortir, mais pas suite à une traduction : l’auteure est francophone ! Lorsque le livre est paru, j’ai hésité devant son prix, avant de me résigner : j’allais finir par l’acheter de toute façon… Il faut dire aussi qu’il s’agit d’une réécriture moderne d’Orgueil et préjugés, et ce n’est pas ce que je préfère, vu mes expériences désastreuses avec Bridget Jones et Lost in Austen (qui marie plusieurs types d’austeneries mais bref). J’avais donc un peu peur de lâcher des sous pour une déception… J’ai craqué pour Amour, Orgueil et Préjugés de Jess Swann, et je ne regrette pas !

aopCassandra Nothfield est étudiante en littérature à la faculté de Limerick, où elle vit avec ses parents et ses trois sœurs. Lors d’une soirée cocktail, elle fait la connaissance de Matthew Lorley, qui possède une chaîne de magasins de vêtements, et de son ami Damon Drayton, à la tête d’un important groupe. Alors que sa sœur aînée Brittany tombe amoureuse de Matthew, Cassandra a bien du mal à supporter son ami hautain et prétentieux.

Je vais commencer avec les points que j’ai moins appréciés, parce qu’ils sont nettement minoritaires ! J’ai eu du mal avec un certain nombre de prénoms qui font très américains et qui font partie de ceux que je ne trouve vraiment pas jolis du tout. Cassandra, ça va, mais Brittany pas du tout… Matthew OK, mais Damon non ! Concernant les prénoms des sœurs Nothfield, il y a une justification dès le début du livre que je trouve très pertinente vu la transposition moderne de Mrs Bennet, mais j’avoue être déçue pour le nom de Darcy…

J’ai vraiment passé un excellent moment avec ce roman. Dès les deux premiers chapitres, j’ai été stupéfaite de voir à quel point j’appréciais ma lecture. Jess Swann ne s’est pas contentée de prendre l’histoire d’O&P et ses personnages et de les transposer de nos jours, elle a aussi fait des efforts pour apporter de l’humour à son texte, du sarcasme, de l’ironie et une critique de notre société d’aujourd’hui. Ce dernier aspect est particulièrement bien exploité au début du roman. Les riches comment les plus modestes en prennent pour leur grade et ce pour notre plus grand plaisir ! J’aurais aimé que ce côté soit encore plus travaillé, mais je trouve que ce qui a été fait est déjà super et manque cruellement à la majorité des productions austenesques. Quelques changements ont été faits par rapport au livre de Jane Austen, mais rien que de très normal.

Je ne vois pas de raison particulière pour placer l’histoire en Irlande, mais ça colle bien, alors ça ne m’a pas dérangée du tout. Ça aurait été encore mieux d’avoir plus de détails sur les différents lieux où passe Cassandra, car on la suit à Dublin, à Galway, en Ecosse, à Londres… C’est d’ailleurs Cass qui est narratrice. L’écriture est très moderne mais pas trop familière. L’héroïne a de l’éducation et j’ai beaucoup aimé la voir converser sur la littérature, notamment avec un certain personnage… J’ai bien retrouvé Lizzie en elle, comme j’ai retrouvé Jane en Brittany. La plupart des personnages sont remarquablement retranscrits. Je garde une tendresse particulière pour le père de Cassandra et Brittany. Mr Bennet reste l’un de mes personnages fétiches ! J’ai trouvé son épouse encore plus insupportable que dans la version originale (j’en venais même à espérer des choses peu charitables…). Stanley-Mr Collins m’a également tuée plus d’une fois, il est terrible. Comme d’habitude, je n’apprécie pas du tout Emily-Charlotte.

Le livre a un côté chick-lit qui plaira à certaines lectrices. En effet, Matthew et Damon (surtout Damon) sont très riches, et plus on avance dans le roman, plus on peut le constater. Jess Swann a su se retenir d’en faire trop et à reste globalement crédible. C’est agréable de pouvoir lire ce type de roman en ayant une héroïne qui n’est pas une bécasse ne pensant qu’à la mode. Il y a également des scènes où un soupçon (voire plus) d’érotisme est présent, et j’ai trouvé ça croustillant juste ce qu’il faut ! La relation entre Cassandra et Damon a un côté vraiment explosif qui n’est pas désagréable. Par contre, le passage à l’ère moderne réussit mieux à Lizzie qu’à Darcy : je trouve qu’on le « reconnaît » un peu moins que sa bien-aimée.

J’ai ri et pouffé de nombreuses fois, j’ai tourné les pages à toute vitesse, essayant chaque fois d’anticiper comment Jess Swann allait aborder telle ou telle péripétie de l’histoire originale. J’ai été surprise plus d’une fois et j’avais toujours hâte de retourner à ma lecture. Certes, ce roman a quelques défauts, mais je les trouve vraiment négligeables tant le divertissement qu’il m’a procuré est bienvenu. C’est un vrai plaisir à lire et je vous le conseille ! J’ajoute que le livre est un bel objet, soigné, et qu’il y a peu de fautes et coquilles. A présent, je me demande si je ne vais pas m’intéresser davantage à la maison d’édition des Roses Bleues. En tout cas, j’attends la prochaine austenerie de l’auteure – Constance et Séduction, qui va reprendre mon adoré Raison et sentiments ! – et son autre roman en préparation, La dame aux papillons.

Challenge Austenien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s