Les Foulards rouges, Saison 1, épisode 1 : Lady Bang and the Jack – Cécile Duquenne

[Chronique d’avril 2014]

J’ai vu sur Facebook que Bragelonne avait une collection numérique appelée Snark. Les premiers épisodes sont souvent gratuits, et j’ai repéré la série Les Foulards rouges de Cécile Duquenne. Je n’avais jamais essayé ce format série dans la littérature, même si je sais qu’il était très en vogue au XIXème siècle (Dumas était un spécialiste). Je me suis donc lancée dans le premier épisode, Lady Bang and the Jack.

lesfoulardsrougess01ep01Résumé éditeur, je n’ai pas d’inspiration : « Plongez avec Lara dans l’enfer de Bagne, planète-prison où le danger se cache partout, au cœur de chacun de ses sinistres habitants, et même derrière chaque goutte d’eau, chaque ressource naturelle de cette terre irradiée.

Sur Bagne, Lara traverse les étendues désertiques pour remplir ses contrats et ses missions. Car Lara est une Foulard Rouge, appelée à faire régner la loi à grand renfort de balles. Et sur cette planète-prison où les deux-tiers de la population sont des hommes, anciens violeurs ou psychopathes, c’est une vraie chance pour une jeune femme comme elle de ne pas avoir fini dans un bordel. En plus, elle fait son boulot plutôt bien – on la surnomme même Lady Bang. Mais Lara n’a pas obtenu ce job par hasard – tout comme elle n’a pas atterri dans cet enfer par hasard. Elle doit tout ça à quelqu’un en particulier, quelqu’un à qui elle en veut profondément… et qui, pourtant, a peut-être quelque chose de nouveau à lui offrir, une chose qui n’a pas de prix. Acceptera-t-elle de baisser un peu sa garde pour écouter ce que son envoyé, le mystérieux Renaud, a à lui proposer ?« 

Quelle bonne surprise ! Cette histoire est un sacré mélange entre différents genres, et je ne me risquerais pas à essayer d’en dresser une liste exhaustive. En tout cas, de mon point de vue on a un côté un peu western, un peu SF, un peu fantastique… Sur Bagne, c’est la loi du plus fort, mais dépasser les limites risque d’entraîner l’intervention d’un ou plusieurs Foulards rouges, qui forment le bras armé du Capitan, lequel « règne » sur la Fédération depuis son Hacienda. Ces éléments ne sont pas présentés tels quels par l’auteure. On débarque sur Bagne et on apprend au fil de ce premier épisode ce qu’il nous faut savoir pour suivre les aventures de Lara. Je ne dis rien de plus sur l’organisation de ce nouveau monde, mais sachez qu’il existe plusieurs planètes, et que la société recréée sur Bagne est constituée d’autres « Foulards ». J’ai trouvé cet univers inédit très intéressant et c’est clairement un aspect très prometteur pour la suite, car j’imagine que les épisodes suivants vont nous apprendre bien d’autres choses !

Mieux vaut être la femme à abattre que celle à violer.

L’intrigue, ensuite. L’auteure nous donne de petits os à mâchouiller, mais ce premier épisode pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses, titillant énormément le lecteur dès le début. La plus grosse question étant : pour quoi Lara a-t-elle été envoyée sur Bagne ? Qu’a-t-elle fait précisément ? Il y a bien des pistes, mais rien de concret. Et puis il y a cette proposition de Renaud, ce que cache le coup d’éclat de Black, ou encore les personnages de l’Hacienda, Claudia et Claudia… Par contre, je ne suis pas sûre d’avoir compris le titre de ce premier épisode. Lady Bang est le surnom de Lara sur Bagne ; par contre, qui est « the Jack » ? On croise un type surnommé Black Jack, mais je n’ai pas l’impression que ce soit par rapport à lui. En anglais, « jack » est le valet dans le jeu de cartes. Peut-être représente-t-il Renaud… Je ne sais pas.

Enfin, l’écriture. C’est soigné sans être pompeux, et Cécile Duquenne a un talent certain pour créer une ambiance, nous faire croire que le monde est réel et nous immerger dedans. On voit tout de suite Bagne, les vêtements, les gens, les villes… J’ai apprécié la façon dont les mots coulent, dont les phrases s’enchaînent. L’auteure sait choisir le bon mot, intriguer le lecteur par une phrase, le mener là où elle veut et je trouve aussi qu’elle sait nous toucher, comme vous pouvez le voir ci-dessus avec des citations. Quand je pense qu’elle n’a que trois ans de plus que moi, je me dis que je pourrais aussi bien reposer ma plume tout de suite, je suis loin d’avoir un niveau approchant !

Ce premier épisode est une réussite. Je ne le mets pas en coup de cœur car c’est en cours et c’est trop court pour se faire une idée définitive, mais j’ai l’intention de lire la suite et la série dans son ensemble sera peut-être un coup de cœur, si sa qualité se confirme dans les prochains épisodes, que je vais essayer de lire bientôt. Je trouve que 1,99€ c’est un peu cher pour un épisode (et puis il va falloir m’expliquer cette manie de ne pas faire des prix ronds !), je pense que 1€ conviendrait mieux, mais bon, je crois bien que ça ne suffira pas pour me retenir d’acheter la suite !

Un ange de la mort… une fée de poudre et d’acier ! s’écria Black en tournant vers elle de grands yeux hallucinés.

Publicités

2 réflexions sur “Les Foulards rouges, Saison 1, épisode 1 : Lady Bang and the Jack – Cécile Duquenne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s