Majikku Naito Reiâsu – Clamp

[Chronique de juillet 2014]

Comme vous pouvez le voir, je ne me lasse pas de lire et relire les Clamp… Récemment, je suis tombée sur le tome 5 de Magic Knight Rayearth. Ne me manquaient plus que le 4 et le 6 pour compléter la série, qui ne se vend plus en neuf depuis un moment. J’ai eu de la chance, j’ai trouvé des occasions à prix raisonnable sur le net, et voilà j’ai encore craqué ! Si je compte bien, il me manque pour compléter à peu près ma collection les tomes 2 à 4 de Wish, le tome 1 de Dukalyon et toute la série du Voleur aux cents visages. On y croit, je les aurai tous un jour ! (Comme les Pokémon. Ahem.)

lecturesjuin2014partie5

Magic Knight Rayearth, c’est l’histoire de trois collégiennes, Hikaru, Umi et Fû, qui ne se connaissaient pas avant de se rencontrer lors d’une sortie de leurs écoles à la Tour de Tokyo. Elles sont transportés à Cephiro, un autre monde en train de péricliter car la princesse Émeraude, le Pilier qui par ses prières maintenait la paix, est retenue prisonnière par le prêtre Zagat. Émeraude les a appelées car seules des personnes venues de l’autre monde peuvent devenir des Magic Knights et sauver Céphiro.

magicknight1Scénario très bateau, n’est-il pas ? Et encore, vous n’avez peut-être pas lu les deux-trois premiers tomes où, comme le fait si bien remarquer Fû, « on se croirait vraiment dans un jeu de rôles » ! Les Clamp se moquent gentiment des intrigues toutes faites où l’on connaît l’issue dès le début. Vraiment ? Pas si sûr… Car une fois le concept magical girl intégré, les répliques à la limite de la guimauve entre les trois jeunes filles qui deviennent meilleures amies en quelques heures passées, tout part en cacahuète. Le manga est divisé en deux triptyques, et la fin du premier est vraiment percutante. C’est juste un gros bazar, et il fallait bien trois nouveaux tomes pour régler tout ça.

J’adore les tomes 1 à 3, que j’avais depuis plusieurs années et donc déjà lus. On y découvre Mokona (oui oui, LE Mokona, c’est de là qu’il vient !) et un autre personnage très sympathique du nom de Fério (en tout cas moi je l’aime beaucoup). Le plaisir de découvrir la conclusion de l’histoire a été énorme, même si la fin définitive n’est pas la meilleure possible à mon avis, il y a des choses un peu faciles. Néanmoins, si on considère que ce manga était destiné aux enfants, l’équilibre atteint prend tout son sens. Et puis comme toujours avec Clamp, il y a cet humour dans les répliques, les mouvements, les dessins qui m’a ravie du haut de mes vingt-trois ans.

Concernant le dessin, il devient plus joli au fil des tomes, et comme vous le voyez avec les illustrations ci-dessous, c’est finalement très joli, mais au début on est encore dans le style des années 90, avec des yeux immenses et des traits un peu caricaturaux. Je n’apprécie pas beaucoup le design d’Hikaru pour ma part.

Une super saga de Clamp, bien plus profonde qu’elle n’y paraît de prime abord même si elle reste destinée aux plus jeunes. Des renversements dans les codes de l’heroic fantasy basique apportent un sacré sel à cette petite série qui a toute sa place dans ma collection !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s