Maleficent (2014)

[Chronique de juin 2014]

Ayant envie de sortir un peu, nous sommes allés voir Maléfique au cinéma la semaine dernière. J’aime beaucoup les contes en général et voir comment on peut les revisiter. Personnellement, j’apprécie vraiment le vieux film d’animation Disney malgré ses « défauts » et j’étais très curieuse de voir ce que ce même studio avait fait du conte de La Belle au bois dormant à notre époque. J’ai lu la version de Perrault étant au lycée (bien différente dans le sens où il y a tout une deuxième partie dans l’histoire, souvent méconnue) et tout récemment celle de Grimm, sur laquelle Disney semble s’être basé au départ.
maleficentposterslice

Dans cette nouvelle histoire (car oui, ne vous attendez pas à une bête redite d’un point de vue différent !), nous suivons la fée Maléfique dès son enfance dans un pays paisible où vivent plein de créatures magiques. Elle rencontre un jeune garçon du royaume voisin des hommes. Il va la trahir, provoquant sa colère et le fameux sortilège sur un nouveau-né, la princesse Aurore.

Globalement, j’ai passé un bon moment devant ce film. Je vais tout de suite vous dire les défauts que je lui ai trouvé, pour ne finir que sur du positif. À certains moments, le rythme est un peu lent, presque cassé. Il ne se passe pas grand-chose quoi. Le personnage de Stefan est peut-être un peu trop caricatural à mon goût. Et certains effets spéciaux m’ont laissé une impression bizarre, notamment pour les trois « bonnes » fées. À ce sujet, j’ai bien aimé le « renversement » qui s’opère entre leur rôle et celui de Maléfique, l’idée est bonne, mais vraiment elles m’ont gonflée… Imelda Staunton était particulièrement insupportable.

Cependant, la plupart du temps j’ai trouvé les décors beaux, certaines scènes étaient très esthétiques. La réinterprétation du personnage de Maléfique, fée bafouée, protectrice d’une nature incomprise et crainte, est très intéressante. Je vous conseille d’ailleurs l’article de Slate qui en parle mieux que je ne saurais le faire. L’esthétique choisir pour Angelina Jolie est chouette aussi : les joues creusées, les yeux brillants et les cornes rappellent qu’elle est une fée, pas une humaine. J’ai adoré Diaval, personnage tout à fait inattendu, et qui permet d’apporter une autre dimension au personnage principal. C’est mon chouchou ! Au final, Aurore et le prince (dont j’ai carrément oublié le nom) ont un intérêt limité. J’ai été surprise par la fin, comment se résout le sortilège, parce que je m’étais fait ma propre idée du truc en passant à côté de la volonté, pourtant manifeste, des créateurs du film.

diavalmaleficentwallpaper

Je ne regrette pas d’être allée voir ce film au cinéma et j’ai trouvé cette réécriture vraiment digne d’intérêt. En plus, elle n’est pas dénuée d’humour ! Si je tombe sur le DVD pas trop cher un jour, il est bien possible que je l’achète. (EDIT : je me le suis fait offrir XD)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s