Meu Pé de Laranja Lima (2012)

[Chronique de septembre 2014]

meupedelaranjalimaIl y a des livres qui nous marquent étant enfant. Dans mon cas, ce sont beaucoup de lectures faites alors que j’étais au collège (mais rarement les lectures imposées à cette époque…). Après Harry Potter, j’ai lu pas mal de livres dans l’imaginaire, mais j’en ai aussi lu quelques-uns plus « réalistes », dont Mon bel oranger de José Mauro de Vasconcelos, roman en partie autobiographique. Cela fait des années que je ne l’ai pas relu mais je suis souvent triste en y repensant. Une adaptation au cinéma a été faite il y a quelques temps, et en voyant le DVD à la médiathèque je me suis dit que je le regarderai bien.

Zézé a bientôt 8 ans et tout le monde le bat, en disant qu’il est le diable. C’est que Zézé fait beaucoup de bêtises. Il ne cherche en fait qu’à s’échapper des problèmes du quotidien de sa famille pauvre. Dans le jardin de leur nouvelle maison se trouve un petit pied d’oranger, qui va devenir son confident et son moyen d’évasion.

Le film ne m’a pas totalement convaincue. J’ai eu du mal avec le jeune acteur qui incarne Zézé, son jeu n’était pas très convaincant, et ses interactions avec les autres acteurs m’ont souvent semblé fausses. Son petit frère Luis était beaucoup plus choupi. Ses autres frère et sœurs m’ont paru fidèle au souvenir que j’ai d’eux, à part peut-être Totoca qui s’occupait davantage de Zézé (en même temps, Zézé n’a que 5 ans dans le livre). Portuga m’a plu en revanche, l’acteur représente très bien ce personnage.

Il y a de beaux passages, j’ai bien aimé entendre une langue différente de l’anglais ou du français, la photographie est intéressante mais souvent le film donne une impression un peu fouillis, et je me demande s’il est bien clair pour ceux qui n’ont pas lu le roman. Les passages durs où Zézé est battu sont difficilement contrebalancés par des moments plus doux. Le film n’est pas non plus fait de façon à ce que des enfants d’aujourd’hui (l’auteur est tout de même né en 1920) comprennent les bêtises que fait Zézé mais aussi le contexte dans lequel il vit.

zezeeoportugaomeupedelaranjalima2012J’ai regretté qu’il y ait assez peu de scènes dédiées vraiment à Minghino, mais surtout j’ai été déçue que la fin ait changé. Je pense que le réalisateur a souhaité conclure d’une façon un peu plus joyeuse, mais cela ternit un peu la beauté du roman, qui après tout a été écrit pour apprendre la tendresse et la tristesse aux enfants. Ceci étant dit, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer, les émotions procurées par le livre remontant très fort à la fin du film.

Je vous conseille mille fois le roman, mais le film permet de connaître un minimum Mon bel oranger, pour moi un classique de la littérature pour enfants qui mérite amplement d’être à côté des plus grands, et d’être lu et relu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s