Victorian Fantasy, tome 1 : Dentelle & Nécromancie – Georgia Caldera

[Chronique de septembre 2014]

vf  La lecture au printemps de Réminiscences, le premier tome des Larmes rouges de Georgia Caldera m’avait bien plu malgré quelques bémols. Lorsque je l’avais acheté aux Halliennales en 2013, l’auteure m’avait parlé de sa prochaine saga, qui m’avait beaucoup tentée… Aussi quand j’ai vu que J’ai Lu proposait le livre en service presse, je me suis dit que je pourrais le demander. J’admets que je ne pensais pas être retenue, aussi je remercie beaucoup l’éditeur et la personne chargée des services presse de me l’avoir envoyé, surtout que Dentelle & Nécromancie, le premier tome de la saga Victorian Fantasy, s’est révélé un très bon moment de lecture !

vf3Andraste est une jeune femme au physique un peu particulier et qui vit cloîtrée au coven de sa famille, les Coldfield, depuis toujours. Elle rêve de s’en échapper, et son vœu est exaucé lorsque la Reine éternelle elle-même ordonne sa présence au palais de Néo-Londonia. Dès sa première nuit, Andraste rencontre Thadeus, un puissant nécromancien qui cache de lourds secrets, dont certains ne semblent pas sans lien avec la famille d’Andraste et avec la jeune fille elle-même.

Les deux premiers tiers du roman, bien qu’agréables, me laissaient penser que j’allais avoir des reproches assez similaires à ceux de Réminiscences à faire. Georgia Caldera a travaillé son écriture pour ce livre, en prenant soin d’utiliser des tournures de phrases et du vocabulaire rappelant le XIXème siècle mais en restant simple et en conservant une écriture fluide. Seulement, des inégalités demeurent, et par moments le langage était un peu trop moderne et déteignait avec le reste. De même, mes personnages sont parfois un peu agaçants, et il est arrivé qu’ils penchent sérieusement du mauvais côté de la frontière qui sépare l’agaçant de l’insupportable. Les longueurs, la lente mise en place de l’intrigue et ses faiblesses m’apparaissaient assez nettement.

vf2Ça c’était avant le dernier tiers. Georgia Caldera a une façon bien à elle de construire ses histoires. Elle aime prendre son temps dans l’introduction de l’univers et des personnages et dans l’installation des éléments de l’intrigue, pour mieux nous malmener quand approche la fin. J’étais un peu gênée au départ par la place prépondérante de la romance – même si elle donne lieu à plusieurs scènes à l’érotisme certain et fort bien dosé ! –, du fait de l’aveuglement des deux personnages concernées et de leur comportement parfois très « limite » (tant du point de vue des convenances, mais ce n’est pas pertinent comme je vais le dire plus loin, que des notions de respect de l’autre, dans le sens où je me demande si j’aurais pu supporter et pardonner le comportement de Thadeus à la place d’Andraste) ; mais les petits éléments donnés entre deux rebondissements romanesques ce sont tout à coup assemblés et ont captivé mon attention jusqu’à la fin. L’intrigue n’est pas absolument originale, mais elle est bien construite et menée et se trouve être très prometteuse pour la suite de la saga.

Le récit, quoique lent, est plus dynamique que dans le premier tome des Larmes rouges grâce aux chapitres qui restent courts et surtout qui alternent les points de vue. On suit tour à tour Andraste, Thadeus, un certain Augustin et il y a même trois chapitres avec des personnages qu’on ne voit qu’une fois. En plus d’être intéressant, le procédé fonctionne, et j’y ai vraiment pris plaisir. j’ai cru comprendre dans une autre chronique que le tome 2 mettrait en scène d’autres protagonistes en tant que personnages principaux. Bien sûr, j’aimerais revoir Andraste et Thadeus et savoir ce qui se passe « après » pour eux, mais je trouve l’idée excellente !

vf1L’univers de Néo-Britannia n’est pas encore très développé (tout en étant déjà très alléchant), mais Dentelle & Nécromancie est un premier tome. J’espère donc en apprendre beaucoup plus sur ce monde qui rappelle le XIXème siècle mais qui en est en fait très éloigné. Je n’en dis pas plus pour garder les spoilers loin de vous. Seulement, au début, on a vraiment l’impression d’être simplement dans un monde steampunk, un peu comme dans Le Protectorat de l’ombrelle mais en plus sombre (Victorian Fantasy est tout de même beaucoup moins sombre que Les Larmes rouges je trouve). J’ai donc grogné quelquefois, mécontente de voir tel personnage « historique » extrêmement différent de l’idée que je m’en fais ou surgir une personne qui n’a pas existé… Avant de me rendre compte, les révélations s’accumulant, que j’étais à côté de la plaque ! Si Georgia Caldera s’est inspirée de l’Angleterre du XIXème siècle, elle a surtout créé ses propres codes et une époque dans un monde bien à elle. Inutile donc de se chercher des repères comme je l’ai fait dans un premier temps. Les éléments fantastiques m’ont généralement beaucoup plu et j’ai très envie d’en savoir plus. Le cliffhanger qui achève ce premier tome ajoute à la hâte de retrouver Victorian Fantasy dans un deuxième tome.

Je crois que j’avais encore d’autres choses à dire mais je ne sais plus, alors avant de commencer à écrire des bêtises je vais m’en tenir là et vous encourager à découvrir ce premier tome qui m’a beaucoup plu ! Pour ma part, je vais essayer de caser Déliquescences rapidement dans mes lectures.

Les images sont des illustrations de l’autrice elle-même, partagées sur Facebook.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s