Mr Darcy’s Christmas – Elizabeth Aston

[Chronique de décembre 2014]

unnoelavecdarcy539279Vous allez vous dire « nan mais elle est folle la fille, elle a détesté tout ce qu’elle a lu d’Elizabeth Aston et pourtant elle a encore dépensé 1,99€ pour acheter son dernier bouquin paru chez Milady ! ». Vous n’auriez pas tout à fait tort.

Un Noël avec Darcy raconte un Noël cinq ans après le mariage d’Elizabeth et de notre cher Mr Darcy. Il est centré sur le personnage de Georgiana, que je ne me souviens pas avoir vu dans les autres romans que j’ai lus de cette auteure. Ici, c’est d’ailleurs plus une novella qu’un roman. Nous découvrons Georgiana fiancée à un homme « rassurant ». Après sa mésaventure avec Wickham, elle est devenue très, très méfiante envers les hommes, et a jeté son dévolu sur un gentleman mûr, à l’opposé de Wickham. Son choix ne convainc pas tout à fait son entourage, mais tant qu’elle est heureuse tout va bien. Sauf que…

Je l’admets sans souci, j’ai plutôt bien aimé, c’était meilleur que les autres textes catastrophiques de l’auteure ! Déjà, bon point, on voit des personnages qu’on connaît : Elizabeth, Darcy, Jane, Bingley, Caroline… Ils ne sont pas 100 % fidèles aux originaux, ni à l’idée que je m’en fais quelques années après la fin d’Orgueil et Préjugés, mais ça va. Je n’adhère pas vraiment à la vision que nous donne l’auteur des personnages d’Austen, mais on n’a pas ici de grosse dissonance. Et on voit peu les « créations » d’Elizabeth Aston. Enfin, les cinq gourdes qui servent de filles au couple Darcy ne sont pour l’instant que deux si j’ai bien suivi, et sont toutes petites. C’était déjà un grand soulagement pour moi.  Je m’étonne assez de la « vraie » (j’utilise beaucoup de guillemets dans cet article) personnalité de Georgiana, je ne la voyais pas comme ça, mais pourquoi pas après tout ? Jane Austen en dit si peu de choses qu’il est permis d’extrapoler un peu.

Le format novella ne laisse pas trop le temps à l’auteure de m’énerver – quoique, j’ai quand même soupiré pas mal de fois devant l’écriture (et peut-être aussi la traduction, mais je n’irai pas acheter la VO pour vérifier si mes suspicions sont fondées ou non) niaise et simple. Exemple :

« Une fois le marchepied abaissé, Georgiana descendit prestement et fut accueillie par une chaleureuse étreinte de sa belle-sœur, puis de Jane tandis qu’Elizabeth serrait les mains de son époux en souriant, leurs visages exprimant tout l’amour qu’ils éprouvaient l’un envers l’autre.« 

Ce n’est pas long, ce qui est bien, mais la fin est un peu expéditive. Le tout se passe un peu trop rapidement pour que j’y croie complètement. Cependant, ce petit livre numérique a un atout : l’ambiance de Noël à Pemberley, avec traditions british so 19th century comprises, et là c’était quand même assez sympa, même si là encore Elizabeth Aston ne peut pas s’empêcher d’en faire un peu trop, au point qu’on se demande si Elizabeth aurait réussi à faire changer Darcy à ce point-là (en mettant de côté pas mal de dignité) et si elle aurait cherché à aller dans ce sens, car c’est à la limite du vulgaire parfois.

Donc c’était pas trop mal, surtout vu ce que j’avais pu lire de l’auteure avant. C’est sans doute le meilleur que j’ai lu, mais ce n’est pas encore une austenerie vraiment bonne.

Challenge Austenien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s