The quick and the dead – Willa Marsh

[Chronique de février 2015]

J’avais passé un excellent moment de lecture avec un roman intitulé en français Meurtres entre sœurs, de l’auteure britannique Willa Marsh. J’avais tout aimé dans ce petit roman. C’est donc en tout logique que j’ai acheté un autre livre du même écrivain, traduit cette fois sous le titre de Meurtres au manoir (j’ai vraiment du mal à comprendre la façon dont les titres sont traduits…).

meurtresClarissa rencontre un homme veuf depuis peu, dans la quarantaine. Son manoir à la campagne exerce un fort attrait sur la jeune femme. Être la maîtresse d’une telle demeure, quel prestige ! Et quelle occasion d’en mettre plein la vue aux copines, et en particulier à sa « meilleure meilleure amie ». Sa nouvelle vie une fois mariée va pourtant rapidement s’éloigner du conte de fée qu‘elle s’était plu à imaginer…

Je l’écris d’entrée de jeu : déçue je suis. Je m’attendais évidemment, si ce n’est à un second coup de cœur, au moins à une excellente lecture. Or, ce roman, si court soit-il, m’a paru long ! Je me suis ennuyée, je n’ai pas du tout accroché à l’histoire ni aux personnages. Je me suis dépêchée de le finir seulement pour m’en débarrasser.

La quatrième de couverture est un peu trompeuse, dans le sens où elle omet complètement une dimension importante du roman. Peut-être est-ce voulu, une manière de préserve la surprise pour le lecteur, mais je ne l’ai pas ressenti comme ça, alors que c’est quelque chose que j’aime bien d’ordinaire. Mais là non plus, ça n’a pas fonctionné, surtout parce que la façon dont c’est abordé m’a laissé une impression de bâclé : il manquait à l’auteure une motivation, un mobile pour les « deux chères vieilles tantes », et elle a été chercher ça, sans creuser, plaquant juste des idées toutes faites sur une intrigue déjà peu intéressante. J’ai un peu plus apprécié la fin, mais pas suffisamment pour remonter le niveau d’ensemble.

Concernant les personnages, je m’attendais bien sûr à en trouver certains machiavéliques, mais finalement, à part un qui m’a vraiment surprise, ils ne sont pas si diaboliques que ça. Bref, ils m’ont déçue. Quant à ceux qui ne sont pas de ce genre-là (je ne veux pas dire les « méchants » et les « gentils », ça n’a pas de sens pour ce type d’histoire), je les ai trouvés fades et inconsistants. Je me fichais royalement de ce qui pouvait bien leur arriver. Les fourbes pouvaient bien l’emporter, je n’en avais que faire ! (Contrairement à Meurtres entre sœurs où j’étais clairement contre la peste.)

Enfin, sur l’écriture, elle était relevé dans l’autre roman, par l’humour fin et noir, qui m’avait beaucoup plu ; mais ici, il n’y a pas du tout autant d’humour, j’ai seulement souri deux ou trois fois, et le style se révèle plat, avec des tournures de phrase simples et une narration au présent.

Pour conclure, c’est l’une de mes plus grosses déceptions de lectrice, j’avais tellement d’attentes sur un roman de cette auteure ! J’ai peut-être idéalisé Meurtres entre sœurs avec le temps, n’empêche que je vous le conseille bien plus que celui-là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s