♥ Poison or Protect – Gail Carriger

Vous le savez peut-être, j’adore le travail de Gail Carriger. Sa saga The Parasol Protectorate a été un immense coup de cœur, j’ai beaucoup aimé sa saga plus jeunesse Finishing School et adoré le premier tome de The Custard Protocol, que je pensais continuer pendant ce mois anglais avec Imprudence. Mais je ne me sentais pas de lire un roman entier, alors je me suis tournée vers la novella Poison or Protect, qui se déroule dans le même univers steampunk et met en scène Lady Villentia (Preshea de Finishing School) et un nouveau personnage, le capitaine Ruthven. Et encore une fois c’est un coup de cœur.

Lady Preshea Villentia. The Mourning Star. Widowed too many times under suspicious circumstances, too smart to be caught, and too beautiful to be ostracized. She was like opiates – expensive, intoxicating, and deadly in large doses.

Lady Villentia est réputée pour ses talents d’assassin. Elle est crainte mais jamais aimée et cela lui convient bien. Afin d’obtenir des informations qui l’intéresse, elle accepte une double-mission qui sort de son travail ordinaire : détourner un soupirant malvenu de la fille d’un lord et empêcher ledit lord d’être assassiné. Elle est donc invitée à passer quelques semaines dans la demeure de Lord Snodgrove, où elle fait la connaissance du capitaine Ruthven, ami de l’indésirable soupirant.

Gavin wanted his tea. And not to have to kill Lady Villentia. But tea first.

Même si j’aime toujours les textes de cette autrice, c’était inattendu de tomber amoureuse de celui-ci de la manière dont je l’ai fait ! Dès le premier chapitre, j’ai été absorbée, ravie de voir ce qu’est devenue l’une des élèves de la finishing school de Miss Geraldine, de revoir Lord Akeldama (je ne m’en lasserai jamais !) et de découvrir de nouveaux personnages. Je peux compter Preshea dans ces derniers, parce qu’elle est un personnage très secondaire dans Finishing School et on la connaissait très mal en fait. Gavin (le capitaine Ruthven) a fait battre mon cœur encore plus que Connall Maccon, et ce n’est pas peu dire. Ce court roman, en plus de présenter des personnages homosexuels (je ne vous dirai pas lesquels), respire le féminisme. Gavin est un adepte du consentement et c’est exactement ce dont Preshea a besoin, quoiqu’elle s’en défende.

Always inspire ardor or terror – it matters not which, for in society, they share the same sauce.

Dans les autres personnages, j’ai évidemment bien ri de Mr Jackson, ridicule mais sympathique à souhait et j’ai beaucoup apprécié Miss Pagril et Lady Flo, innocentes mais pas idiotes. Tous les autres personnages réunis pour le séjour à la campagne sont bien caractérisés et permettent de donner un aspect crédible à l’histoire, tout en mettant en lumière la place de Lady Villentia dans le monde.

Gavin tried not to stare at the lobster. He decide not to inquire further. Whatever Jack’s reasoning, best to accept that crustaceans were necessary to his view of the world.

Je me suis rarement autant marré pendant une lecture qu’avec cette novella. Pourtant, Gail Carriger excelle dans ce domaine, mais là j’étais vraiment écroulée chaque fois que je la lisais, au point de déranger mon chéri qui jouait à côté. Je rigolais beaucoup, sauf dans les passages sensuels (quoique, même là l’humour est quelquefois présent !) qui sont extrêmement bien écrits. La plume drôle, vive, moderne mais qui reprend le parler et le vocabulaire du XIXème, est un véritable délice dont j’ai bien du mal à me passer maintenant que j’ai terminé le livre. Bien que soigné, le style n’est pas difficile et je n’ai pas eu souvent besoin d’utiliser le dictionnaire intégré à ma Kindle.

Gavin himself preferred a lady to take him in hand. In the bedroom, mind you, not outside of it.

*****

His cravat knot was a mere gesture. Surely, he could undo it with one hand. And would. Bad Preshea, do not let your thoughts drift in that direction. Soldiers, efficient and serviceable in all things, even disrobing. Now really, do stop it. I mean it.

*****

How close the sounds of pleasure are to those of pain.

En résumé, j’ai tellement adoré que je crois que je vais le racheter en papier. J’avais profité d’une promo je crois pour l’acheter en numérique mais il me le FAUT dans ma bibliothèque. J’espère que ce petit roman sortira en français pour être accessible à plus de monde !

Publicités

4 réflexions sur “♥ Poison or Protect – Gail Carriger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s