Notre-Dame de la mer – Rozenn Illiano

Rozenn Illiano a récemment proposé sur sa page Facebook de faire des services presse de trois de ses livres. Après hésitation, j’ai choisi de commencer par le court roman Notre-Dame de la mer.

Notre Dame de la merAlors que sa grand-mère a fait une mauvaise chute, Nellig va passer quelques jours dans sa maison en Bretagne pour s’en occuper, le temps à la vieille dame de sortir de l’hôpital. Le retour dans la maison de ses vacances d’enfant remue beaucoup de souvenirs en Nellig, en particulier ceux liés à son grand-père décédé 10 ans plus tôt. La Toussaint approche, un vieillard la met en garde : cette nuit-là, les morts peuvent se promener parmi les vivants… C’est exactement ce qui va arriver pour Nellig, et ce qui va bouleverser toute sa vie.

Le livre étant très court, on peut dire qu’il s’agit d’un court roman ou d’une novella. L’intrigue est de nature fantastique, ce qui me plaît toujours beaucoup : dans notre quotidien ordinaire, chahuté uniquement par des péripéties banales (une chute dans l’escalier, un bonhomme bizarre à la boulangerie, un petit accident de la route, une tempête…), s’immiscent en réalité des bouleversements d’ordre surnaturel. Plus le fait qu’on souhaite savoir comment cela va finir : ça se lit très vite, en deux fois pour ma part !

On sait peu de choses de la vie actuelle de Nellig. Ce que l’autrice nous donne à connaître, c’est le fond de la jeune femme, ses inquiétudes, son anxiété, son instabilité même. La maison familiale, qui devrait la rassurer, voire lui donner une sorte de solidité, va-t-elle jouer son rôle ?

Mais si tout semble pareil, tout est différent. Le message que reçoit Nellig à la Toussaint va la mener sur les traces d’une légende locale, qui mêle d’anciennes croyances bretonnes avec la foi chrétienne. Rassurez-vous, pas de prosélytisme dans ce livre ! Je le souligne car Rozenn Illiano a très bien allié les deux, ajoutant également une pointe d’exotisme plus méridional à son histoire.

La narration à la première personne nous permet de nous mettre à la place de Nellig. Sa caractérisation principalement à travers ses émotions conduit à une certaine « transparence » qui laisse tout le champ au•à la lecteur•rice de s’imaginer à sa place et de simplement se laisser porter.

Le style est plutôt oral mais prenant. Pour un livre auto-édité et qui n’a donc a priori pas reçu de corrections professionnelles (ce qui n’est pas toujours gage de qualité de toute façon), je trouve que Rozenn Illiano se défend bien. Il y a certes quelques maladresses ou fautes de syntaxe mais rien qui m’ait réellement fait buter dans ma lecture. Toujours sur la forme, je souligne la très jolie couverture !

En somme, une novella fantastique réussie en territoire breton, qui sent les embruns et le vent déchaîné !

Publicités

5 réflexions sur “Notre-Dame de la mer – Rozenn Illiano

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s