« Des phoques aux cocotiers et aux serpents à sonnette », L’Amérique en auto – Georges Simenon

Pourquoi suis-je allée lire ce livre, moi qui n’ai jamais lu un Maigret et qui ne suis pas particulièrement intéressée par l’Amérique moderne ? C’est que ce livre est paru dans la collection La lettre et la plume, que j’adore, et qui me permet d’élargir mes horizons !

Georges Simenon, accompagné de sa secrétaire et d’une partie de sa famille, a entrepris en 1943 de traverser l’Amérique du nord au sud en suivant la côte est. Ses chroniques étaient publiées dans la presse française.

À mon étonnement, j’ai bien aimé ! Évidemment, j’ai parfois été agacée par la partialité pour les Américains dont fait preuve Simenon, mais ces passages sont contrebalancés par d’autres, généralement plus subtils, où il constate certains défauts ou excès de leur mode de vie. Par contre, un truc auquel je ne m’habituerai jamais, c’est que les écrits de cette époque, et des années antérieures aussi bien sûr, laissent complètement de côté « les Nègres ». Chez Simenon, ce sont, tout au plus, de pittoresques éléments de décor des États du sud. Il mentionne certes que les États du nord sont sortis vainqueurs de la Guerre de Sécession, mais ça ne le choque pas que dans la réalité, ce soit si peu suivi d’effets, que les Noirs triment dans les plantations de coton pendant que les Blancs se délassent sur les plages privées. Je sais que c’était un point de vue « normal » pour la période mais voilà, ça me dégoûte toujours autant (comme le sort des Native American, comme le sexisme, etc. etc.).

Son reportage dure juste ce qu’il faut pour ne pas lasser. Le rendu d’un pays si différent du nord au sud et pourtant toujours le même est très réussi. On se laisse embarquer par les descriptions vives, à la fois touristiques et quotidiennes. Comme toujours avec cette collection, l’édition est très jolie, l’avant-propos instructif. Il manque juste des petites notes pour qu’on soit en mesure de comprendre les sommes d’argent mentionnées. Il fait la conversion dollars-francs, mais s’agissant en plus d’ « anciens francs », je suis paumée pour me faire une idée en monnaie actuelle ! Heureusement tout de même que le livre est très court, parce que j’aime bien les récits de voyage, mais pas trop longtemps hein.

Un petit livre sympa qui donne à voir une Amérique à la fois contrastée et unie ! Et j’ai rempli un petit challenge perso qui était de lire deux titres de cette collection cette année 😉

Publicités

Une réflexion sur “« Des phoques aux cocotiers et aux serpents à sonnette », L’Amérique en auto – Georges Simenon

  1. Tu me fais découvrir un titre de cette collection ! Je n’ai toujours pas lu un seul de ces livres mais j’adore les lettres, alors ça ne saurait tarder.

    Comme toi, je n’ai jamais lu un Simenon ni encore moins un Maigret, mais une fois que cela sera fait, je me plongerai avec plaisir dans ce recueil de lettres :-))

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s